Le dernier vols
du Baron Rouge

contre-enquete2

Quelques faits

L’histoire officielle retient le fait du hasard. Nous proposons une autre hypothèse.

Le dernier vol du Baron Rouge, le dimanche 21 avril 1918, est bien connu des historiens qui ont reconstitué, point par point, l’itinéraire de son ultime combat.

L’histoire officielle retient donc le fait que Mandred Von Richthofen, après s’être écarté de sa formation en combat contre plusieurs Sopwith Camel, aurait poursuivi un certain May, donné comme un novice qui avait eu l’ordre de ne pas prendre part au combat et qui s’était donc volontairement écarté.

Pendant cette poursuite il aurait été lui-même pris en chasse par le Capitaine arthur  » Roy  » Brown qui aurait tiré plusieurs rafales sur le triplan rouge du baron. Celui-ci aurait été également atteint par le tir d’un nid de mitrailleuses situé à flanc de coteau.

Le Rittmeister Manfred von Richthofen au centre. A sa gauche Festner et Schäfer. A sa droite Lothar von Richthofen et Kurt Wolff. Sans oublier le chien Moritz. (Avril 1917)

Le triplan se serait alors posé à Sailly le Sec après un vol plané en arc de cercle. Il fut constaté que Von Richthofen était déjà mort en arrivant au sol. Une balle lui aurait transpercé le cœur après l’avoir atteint, dans le dos, au niveau de l’épaule droite. Quatre autres blessures de moindre importance furent remarquées. Le visage avait subi un choc et montrait une coupure.

Le baron rouge fut sorti de l’habitacle et déposé sur une plaque de tôle. Brown accompagné du Major Cairns vint rapidement en voiture sur le lieu où les soldats présents avaient déjà commencé à dépouiller le triplan. De nombreuses photos furent prises.

La dépouille du Baron Rouge fut inhumée avec tous les honneurs le 22 avril au cimetière communal de Bertangles.

Le 23 avril au soir un Sopwith anglais viendra lâcher un message sur le terrain de Cappy où était stationnée le  » Cirque de Richthofen  » et portant cette mention laconique :

 » Capitaine Von Richthofen, blessé mortellement en combat aérien et enterré avec les honneurs militaires « .

La Jasta 11 escadrille d’élite du Baron Rouge appelée « Le cirque Von Richtofen » ou les « Papagai » (papagali), les perroquets en raison de la couleur bariolée des avions

Les pilotes de la Jasta 11 en juillet 1917 croqués à la mine de plomb par Arnold Busch Chaque pilote a signé son portrait De haut en bas et de gauche à droite Bodenshatz ; Scheffer Schonecke ; Niederhoff ; Bush Groos Bockelmann ; Brauneck : Stapehorst Manfred Von Richtoffen Mohnike ; Kurt Wolff ; Krefft J.A. Wolf ; Lothar Von Richtofen ; Meyer

Doc. La guerre Aérienne 1917 archives G. Charles

« Le cirque Von Richthofen » en pleine action

World_war_one

Australian National Memorial Villers-Bretonneux (80)

Le 24 avril un communiqué officiel de l’armée allemande officialise ce fait.

Le 20 novembre 1925 le cercueil contenant le corps du Baron Rouge, transféré au cimetière de Fricourt en 1920, restitué aux autorités allemandes, sera inhumé après une grandiose cérémonie, au Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) à Berlin.

En 1975, enfin, Manfred Von Richthofen, sera enterré près de sa soeur Ilse, de son frère Karl-Bolko et de sa mère dans le caveau familial de Wiesbaden. Sa pierre tombale sera transférée à la base aérienne de Wittmund, où se trouve toujours l’Escadrille Von Richthofen.

Il est à remarquer, encore actuellement, que toutes les cartes anglaises, françaises et allemandes relatant la bataille de la Somme font mention de l’endroit où le Baron Rouge fut abattu.

Juste après la guerre il y eut pourtant une polémique, vite étouffée, développant l’hypothèse que le Baron Rouge n’était pas mort en parvenant au sol et qu’il aurait été achevé (erschlagen) par ceux qui l’avaient abattu. (Peter Supf).

Cette polémique engage néanmoins à se poser quelques questions.

La première : Le fait que le Baron Rouge ait été abattu est-il le simple fait du hasard ? Ne s’agirait-il pas plutôt d’un magnifique traquenard tendu par les alliés ?

La seconde question est : May et Brown ne jouaient-ils pas le rôle de la chèvre et du rabatteur ?

La troisième est : Qui était réellement May et était-il le novice que l’on prétend ?

La quatrième est : Qui a décidé du lieu et des moyens de cette affaire. Ou à qui profite le crime ?

Manfred Von Richthofen et son dogue d’Ulm, le chien Moritz Plaque de verre colorisée