FIPAM

Fonds International pour la Préservation des Arts Martiaux

transmission_fipamGeorges-Charles-1

La transmission.

Georges Charles
Membre du Bureau, Membre du Conseil des Sages, Membre du Collège des Experts et rédacteur en chef de la revue du Fipam.

Le N°1 de la revue du Fipam est paru sur Internet et j’ai accepté de prendre la charge du N°2 qui paraîtra en septembre 2013 pour la rentrée des cours et des stages.

Il comporte dès à présent des articles de Roland Habersetzer sur “Tradition martiale et Katas, l’esprit d’une transmission” ; de Gérard Depreux sur le Kung Dao ou tir à l’arc chinois ; de Xavier Garnier sur la réunion des enseignants du Xingyiquan à Shenzhou et sur le Mémorial de Li Laoneng ; de Xavier Pietrobon sur la philosophie de la pratique; de Claude Falourd sur les débuts de l’Aïkido en France et sur Jim Alcheik précurseur oublié ; de Olivier Gaurin sur la perte de mémoire vive à la disparition des Anciens; de José Fragas sur “Où sont passés les Maîtres ?” ; de Eric Phelippot sur le Yawara  Jutsu ; de YannRouillé sur l’égo dans la pratique…Et de quelques autres qui nous envoient, peu à peu et petit à petit, leurs articles et leurs photos ! Le Fipam, après une petite période de calme se réveille donc et je ne peux que vous inciter à nous rejoindre.

A une époque ou tout le monde, ou presque, collabore à la loi du marché et à la “pédagogie”, nous avons décidé de résister pour défendre des valeurs qui nous sont chères et que je qualifie, pour ma part, de chevaleresques : le courage, la droiture, la force d’âme, le respect de l’autre et de la parole donnée, le droit à la différence et la fidélité. «

Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer »
Guillaume d’Orange

Les Arts Martiaux, nous le savons bien, traversent une période difficile.

Bien que nous constations que la transmission de cet héritage s’effectue toujours avec constance et passion, dans les pays d’origine comme en Occident, force est de constater que l’image que nous souhaitons donner de ceux-ci est fortement troublée. Le grand public, et dans une certaine mesure les instances publiques, ne retient de ceux-ci qu’une vision sportive ou folklorique relayée par les médias toujours en quête de sensationnel quand il ne s’agit pas de films où de jeux vidéo où l’on étale complaisamment la violence grâce aux fantaisies du virtuel. Et, dans le pire des cas, un amalgame avec un mysticisme oriental de fête foraine ou des dérives sectaires plus ou moins confessionnelles influencées par des « gourous » à l’égo surdimensionné.

Il suffit, malheureusement, de visionner quelques vidéos sur Internet pour comprendre l’étendue du sinistre. On a pu croire, un moment, que les fédérations « officielles » délivrant des diplômes « officiels » résoudraient le problème. Or il n’en est rien car la plupart du temps lorsqu’elles ne sont pas uniquement sportives, elles se bornent à former des enseignants diplômés qui n’auront jamais pratiqué et qui, peut-être, n’enseigneront même pas ou si peu que l’image qu’ils donneront de la pratique ne sera pas en mesure d’éviter la dérive vers le n’importe quoi. Or, c’est bien ce n’importe quoi que nous souhaitons pouvoir encore éviter. Ou, au moins, donner une autre version de la pratique, de son enseignement et de la transmission de cet héritage qui, peu à peu, risque de sombrer dans l’oubli ou le fatras.

D’aucuns nous accuseront, une fois encore, de mener un combat d’arrière garde et d’entretenir des chimères.Soit. Mais cette arrière garde n’est pas aussi négligeable qu’on le pense et continue, néanmoins, à former des jeunes qui sont impatient que cette pratique soit enfin reconnue autrement que par le mépris condescendant du milieu sportif ou culturel. Certains ont consacré une grande partie de leur vie, cinquante, soixante ans ou plus à entretenir ces fameuses chimères que sont la rigueur, la droiture, la volonté, le courage, l’humilité, la bienveillance, l’équité, la politesse sans se poser de questions et ceci le plus souvent quotidiennement. En dehors de toute considération politique, religieuse, confessionnelle ou sectaire.

Ces principes, dira-t-on, on perdu leur valeur face à la facilité, la combine, l’appât du gain facile, le faux-fuyant, le tape à l’œil, la suffisance, le mépris, le superficiel, l’arrogance. Nous ne le pensons pas et croyons que les Arts Martiaux authentiques ont encore un message à délivrer et que ce message est devenu universel ou du moins partagé par des hommes et femmes de bonne volonté issus de tous les pays quelle que soient leurs appartenances ethniques, leurs convictions religieuses, leur niveau social.

L’Art Martial dans ce qu’il a d’authentique doit permettre à l’être humain de s’élever encore car il plonge ses racines aux plus profond de l’humanité. Par le biais d’une transformation, presque alchimique, ce qui était jadis art de guerre doit désormais œuvrer pour la paix et la fraternité. Sun Lu Tang (1861 1933), l’un des plus grands experts que la Chine ait connu, expliquait déjà ceci « L’art du poing (Quanfa – par extension l’art martial) doit tout d’abord servir à prolonger la vie, il peut ensuite permettre de se défendre, il se doit d’éveiller l’esprit mais peut, aussi, changer le cours de la destinée ».

Academie-AMT-1

Non, ce n’est pas la photo des Membres de la FIPAM mais ceux, il y a plus de quinze ans, de l’Académie Française des Arts Martiaux initiée par Henry Pléé. On y reconnaît de gauche à droite

Pierre Portocarrero (Karatedo et Taikyokuken) ; Pascal Plée (Karatedo et Arts Martiaux Chinois), François Briouze (Kendo et Iai Do),Alain Floquet (Aikido et Aikijutsu), Michel Soulenq (Aikido), Dominique Balta (Aikido et Sei No Iki), Martine Vétillard devenue depuis Martine Charles (Arts Martiaux Chinois et Qigong du Tao (Tao-Yin Qigong)), Henri Plée (Pionnier du Karatedo en Occident), Gérard Baron (Boxe Française et Panaché de Combat Français), Jean Pierre Reniez (Iaido et Battodo), Georges Charles (Arts Martiaux Chinois et Qigong du Tao (Tao-Yin Qigong)), Thierry Plée (le Fondadeur du FIPAM).André Nocquet est absent sur la photo mais était parmi nous ce jour là.

LA FIPAM

Ce n’est donc pas un hasard si vous retrouvez à la FIPAM plusieurs d’entre eux car si les temps changent, la passion demeure toujours aussi intacte. On a juste un peu plus d’expérience. Georges Charles est Rédacteur en Chef de la future revue FIPAM, Membre du Bureau, Membre du Conseil des Sages et Membre du Collège des Experts.

Membre d’Honneur

  1. Henry Plée, pionnier du Karaté en Europe Conseil des Sages Dans l’ordre alphabétique Georges Charles, pionnier des arts martiaux chinois en France, auteur écrivain
  2. Claude Falourd, pionnier de l’Aikido Jiujitsu en France
  3. Alain Floquet, fondateur de l’Aiki-budo
  4. Roland Habersetzer, fondateur du Tengu No Michi, auteur écrivain et historien des Arts Martiaux
  5. Roland Hernaez, Fondateur du Tai Jitsu en France
  6. Luc Levannier, l’un des pionniers du Judo, spécialiste des principes
  7. Michel Martin, pionnier du Kyudo en France
  8. Yoshinao Nanbu, fondateur du Karaté Sankukai et du Nanbudo
  9. Christian Tissier, shihan Aikido Aikikai
  10. Pham Xuan Tong, pionnier des arts Martiaux vietnamiens
  11. Dan Schwarz, pionnier du Kung-Fu Wushu en France
  12. Dominique Valéra, pionnier du full-contact, champion de karaté
  13. Ambassadeurs dans le monde
  14. Olivier Gaurin, ambassadeur pour le Japon
  15. Vijay Phadke, ambassadeur pour l’Inde Le Collège des Experts est en cours de constitution Au 29 mai 2010
  16. Claude Falourd (Conseil des Sages)
  17. Roland Habersetzer (Conseil des Sages)
  18. Jonny Andrey
  19. Loïc Blanchetête
  20. Louis Boileau
  21. Michel Chauveau
  22. Pierre Delorme
  23. Christian Derval
  24. Henri Plée (Membre d’Honneur)
  25. Thierry Plée (Bureau et Fondateur de la FIPAM)
  26. Georges Charles (Conseil des Sages et Bureau)
  27. Stéphane Fauchard
  28. Alain Floquet (Conseil des Sages)
  29. Christian Tissier (Conseil des Sages)
  30. Jacques Fonfrède
  31. Olivier Gaurin
  32. Georges Giacomotto
  33. Christian Guillaume
  34. Patrick Le Mée
  35. Gérard Lecoeur
  36. Alain Montfourny
  37. Daniel Pariset
  38. Eric Pariset
  39. Eric Pheloppot
  40. Pierre Portocarrero
  41. Dominique Valéra (Conseil des Sages)
  42. Pham Xuan Tong (Conseil des Sages)
  43. Luc Levannier (Conseil des Sages)
  44. Roland Hernaez (Conseil des Sages)
  45. Michel Martin (Conseil des Sages)
  46. Yoshinao Nanbu (Conseil des Sages)
  47. Christian tissier (Conseil des Sages)
  48. José Santos-Nalda
  49. Dan Schwarz (Conseil des Sages)
  50. Michel Soulenq
  51. Fedor Tamarski
  52. Doppla Vo Vam
  53. Georges Arsenijevic
  54. Yann Rouillé

Sauf erreur ou omission !

BanniereFIPAMcharles
 Pour accéder au site officiel FIPAM et pour en savoir plus

 

Fipam_affichette_rectoAffichette-FIPAM-versoGT

Documents d’information FIPAM, cliquer pour agrandir