La nouvelle Histoire de France officielle

En avant première nous vous présentons le “praujais” pour la nouvelle Histoire de France Officielle.

Comme il se doit, et par principe de précaution, nos grands hommes et femme, du moins Pucelle, pour des raisons pédagogiques évidentes ont été munis d’un masque pour exercer leur fonction. Ils ont, probablement, un “Pass-Vaccinal” dans la poche ou le haut-de-chausses afin de ne pas risquer une verbalisation tout à fait justifiée.

On a quand même évité le drapeau ukrainien qui eut été superfétatoire.
On est réellement désolés pour cette ridiculisation qui, par ailleurs, ne tue plus.
Sinon le Père Lachaise serait plein à craquer.

Vous aurez bien évidemment reconnu Jules César et Vercingétorix, Louis IX, alias Saint Louis, rendant la justice sons son chène (alors qu’Arpaillange (Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, sour Rocard) la rendait comme un gland – citation attribuée à André Santini mais qui fut, originellement, celle de Robert-André Vivien (1923 1995)), Jeanne d’Arc, Pucelle et Sainte, Napoléon Le Grand, donc Premier, Clémenceau et Blum, Charles de Gaulle à Londres, en uniforme et derrière son micro, la photo d’origine date de 1941 puisque le Général porte à son revers la Croix de Lorraine qui fut offerte à la France Libre par l’Amiral Muselier et que cette décoration fut justement crée en 1941, et non le 18 juin 40, et le général Bigeard qui fut, lui, vraiment Général et très décoré pour ses actions sur le terrain. En n’oubliant pas Mariane aux seins nus, la Liberté guidant le Peuple vue par Delacroix et la Joconde, adoptée par la France et oeuvre, civile, du psychopathe Léonard de Vinci qui passait le plus clair de son temps à inventer des armes redoutables qui n’existeront, heureusement, qu’en maquettes. Mais qu’on retrouvera sur les champs de batailles cinq siècles plus tard. L’avion, le char d’assaut, le parachute, la mitrailleuse, les armes chimiques…Heureusement que les Grands de l’époque, Sforza, François Premier, que l’on fait souvent passer pour des brutes, ne l’ont pas écouté ni suivi.

Cette magnifique fresque est, évidemment, de mon Ami et complice Patrice Vaidie.

Bon, là Patrice est un tout petit peu pessimiste. Après le coup des masques voici le coup des scaphandres. Après le connard de virus, le connard de vie russe. On n’en sortira jamais.

Larvatus prodéo – j’avance masqué – Descartes

Notre ami Descartes dont la devise était “Larvatus Prodeo” donc “J’avance masqué”.
Comprenne qui pourra. Mais il est temps de tomber le masque ! Ouf ! G.C.

Une avancée spectaculaire de la science médicale !

La progression de la médecine entre le XVIIIe siècle et aujourd’hui : on est passé de la corneille au canard ! Mais à l’époque de la grande peste noire il y avait des plantes médicinales dans le bec de l’oiseau.  Question médicaments il y avait le vinaigre des quatre voleurs. Maintenant on a le gel hydroalcoolique. Quand on arrive à l’hosto on nous met sous oxygène après nous avoir empéché de respirer normalement. C’est la logique du système.

Un Diafoirus bien protégé !

 

 

Mais heureusement il a son pass-sanitaire ou vaccinal !