L’ANNEE CHINOISE DU SINGE DE FEU

Annee du Singe

OU SINGE DE LA MONTAGNE par Georges Charles

Sympathique mais pas toujours très rassurant le Singe
Un article qui commence bien mais qui finit très mal.

En attendant Vlad.

 

singe et petite fille

Petit garçon et singe – estampe chinoise d’avant le « kawai » (style cucul-nunuche-nianian…)
& Petite fille et singe – estampe chinoise contemporaine (idem avec Kawaï – nounouille…)

Les Trois Singes de Laozi.

« La dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours ! »  Coluche. Les Trois Singes de Laozi (Daodejing XII) de droite à gauche, comme dans l’écriture chinoise « Ne rien voir ; Ne rien entendre ; Ne rien dire « .  Ayayaye !
Ce qui est proprement la négation du bon sens !

En fait « Ne rien regarder qui perturbe la vue ; ne rien entendre qui choque l’oreille ; ne rien dire qui agresse autrui ! Ce qui est quand même un peu plus intelligent.

« Les cinq couleurs fatiguent l’oeil : les cinq sons fatiguent l’oreille, les cinq paroles fatiguent la langue » Etant sous entendu lorsqu’il y a excès de couleur, excès de sons, excès de paroles. Il suffit simplement de conserver la juste mesure et on évite l’interdiction. C’est Zhuangzi (Tchouang Tseu) qui le rappelle dans l’Oeuvre Complète XII :  » La perte de la nature peut s’opérer de cinq manières. En premier lieu les cinq couleurs fatiguent les yeux, en deuxième lieu les cinq sons fatiguent les oreilles… » Liezi (Lie Tseu XII), de son côté enseigne comment duper la majorité des êtres humains grâce à la parabole de l’éleveur de singes. Celui-ci se trouve en difficultés et doit restreindre leurs portions. Il annonce aux singes « Vous n’aurez désormais que trois chataignes le matin et quatre le soir ! ».

Les singes sont furieux et menaçent de tout casser. Il se rattrappe donc et annonce  » Soit, vous aurez donc quatre chataignes le matin et trois le soir ! » Et les singes sont contents. Il suffit de savoir présenter les choses pour mieux les faire avaler.

Il existe donc une légère différence entre la « sagesse chinoise » de bazard et les enseignements des Sages de la Chine classique. Comme il existe une différence entres l’astrologie chinoise de bazard et l’horoscopie chinoise classique.

Trois en Un

Le Singe « Trois en Un  » (San He Yi) !

Le singe japonais Izumi Saru Terre cuite Japôn XVIIIe Coll. GC

Singes Kyoto
Les trois singes. Sculpture de Hidari Jingoro (1596 1644)  Sanctuaire Toshogu à Nikko (Japon)

Year of Monkey

L’année du singe en horoscopie :

Careactère Singe Hu
Hou – le caractère chinois désignant le Singe.

 

Natifs de l’année du Singe :

1908 ; 1920 ; 1932 ; 1944 ; 1956 ; 1968 ; 1980 ; 1992 ; 2004 ; 2016

Natifs de l’année du Singe de Feu Bing Shen : 1896 ; 1956 ; 2016
Influence céleste Tian Gan (Tronc Céleste) : Feu Yang
Influence terrestre Di Zhi (Branche ou Rameau Terrestre) :  Jue Yin ou vent (Bois) en excès
Influence cosmique (Energie Cosmique) : Shao Yang ou Feu Ministériel
Cycle sexagésimal de Wangdi : 21eme pilier « Eau des puits et des sources » (Mercure – Shui Yin) : Eau
L’eau risque également d’être en excès durant cette 4714 e année du Cycle de Wangdi.
Le Singe (Hou) est le 9eme animal du zodiaque horoscopique chinois or 9 est le chiffre céleste de la manifestation du Yang du Feu Ministériel.
Bing, le deuxième tronc céleste Yang, représente l’aiguillon de l’abeille qui pénètre et réveille mais dont le venin constituait un élèment de la pharmacopée classique. Il s’agit donc d’un signe favorable qui « éveille et qui soigne ». Il évoque la croissance du Yang.
Shen, la neuvième Branche Terrestre, représente la maturité, époque où l’on peut cueillir les fruits et récolter les céréales. C’est un signe particulièrement équilibré qui rapelle, également, le partage.

Le Singe entretient généralement de bonnes relations avec le Dragon et le Rat mais connaît quelques inimitiés avec le Tigre et le Serpent.

Singe et poisson
Singe sur un poissson – estampe japonaise XVIIIe « Hou Yu » – Richesse et prospérité !

 

Personnalités nées pendant une année du Singe :

  • Hubert Reeves – astrophysicien
  • Toshiro Mifune – acteur japonais
  • Jean Paul II – Pape
  • Ian Flemming – auteur de James Bond
  • Jaqueline Bisset -actrice
  • Jimmy Cliff -acteur USA
  • Coluche – fouteur de merde comme Wang Yang Ming (dixit une Chinoise !)
  • Michaël Douglas – acteur USA
  • Jacques Chirac – Président de la République
  • François Truffaut – cinéaste
  • Elysabeth Taylor – actrice USA
  • Simon Wiesenthal -chasseur de nazis
  • Olivier Messiaen – compositeur
  • Claude Levi-Strauss – philosophe
  • Von Karajan – chef d’orchestre
  • Tex Avery – auteur de personnages allumés
  • Michèle Morgan – actrice française

14-China-Bronze-célèbre-Feng-Shui-douze-zodiaque-singe-animaux-tête-Statue-Sculpture-ruban-été-style

 

Figure en bronze des douze animaux horoscopiques du Palais d’Eté : le Singe (Hou)

Personnages nés Singe de Feu :

  • Christine Lagarde – femme politique
  • Etienne Daho – chanteur compositeur
  • Eric Woerth – homme politique
  • Charlélie Courture – musicien et acteur
  • Michel Houellebecq – auteur polémiste
  • Dominique Blanc – actrice
  • Catherine Frot – actrice
  • Christine Bravo – humoriste et journaliste
  • François Feldman – musicien auteur compositeur
  • François Chérèque – syndicaliste
  • Véronique Genest – actrice
  • Robin Renucci – acteur
  • Alain Ducasse – cuisinier et homme d’affaires
  • Isabelle Autissier – navigatrice
  • Claire Chazal – journaliste et présentatrice
  • Tom Hank – comédien et producteur
  • Andy Garcia – comédien
  • David Caruso – comédien rouquin

Singe japonais

L’Année du Singe de Feu de la Montagne – Bing Shen :

Le 8 février 2016 commencera la nouvelle année chinoise Bing Shen du « Singe de la Montagne », parfois également nommé « Singe de Feu » ou singe d’influence céleste de Feu Yang et d’influence terrestre de Vent/Bois, également placée sous le signe cosmique du Feu Impérial (Shao Yang).

Singe ouakariUn sacré « Singe de Feu » qui n’est pas doublement Yang pour rien !

Cette année du Singe de Feu s’inclut dans le soixante dix neuvième cycle sexagésimal depuis que l’Empereur Jaune Wangdi (Houang Ti) ait créé ce calendrier en 2699 avant notre ère, chaque cycle de soixante ans se composant de cinq périodes de douze années, chacune d’entre-elles représentant une rotation complète des 12 signes du zodiaque animal.

L’empereur Jaune précisa lors de la création de ce calendrier « Ce qui est en haut (le Ciel donc l’influence céleste) donne ; ce qui est en bas (la Terre donc l’influence terrestre) reçoit ». C’est, rappelons le, le rapport entre l’acupuncteur et son patient. L’acupuncteur dans sa position verticale, céleste, opère un « Mandat Céleste », le patient, dans sa position horizontale, terrestre, se conforme et accepte ce mandat.

C’est la vigueur et la clarté énergique du Yang, le Ciel, et la douceur et la réceptivité du Yin, la Terre. Mais c’est l’aiguille (Métal), le moxa (Feu), le massage anmo (Bois) qui opère la jonction entre Ciel et Terre ou acupuncteur et patient.

Dans le cas de cette année le Feu (influence céleste et Tronc Céleste) donne, le Bois (influence terrestre) reçoit et le Feu Ministériel (influence cosmique) opère la médiation tandis que le Métal (Rameau Terrestre secondaire) permet de récolter.

C’est donc une année assez équilibrée si on excepte toutefois un double mouvement de l’Eau et du vent parfois en excès.

Cela est du au fait que l’année du Singe de Feu correspond au vingt et unième pilier, lié à Mercure, à « L’eau des sources et des puits ». l’Eau en excès du puits a tendance à descendre (précipitations) comme quand on renverse un seau trop plein posé sur la margelle ce qui engendre du vent.

Pleuvoir comme des seaux qu’on verse, donc pleuvoir à verse. Il est donc possible qu’il existe des conflits, au printemps et en automne, entre le Bois (Vent) et le Métal (orages et pluie). Il s’agit d’une année « double Yang » puisque le deuxième « Tronc Céleste » (Tian Gan) Bing est de tendance énergétique Yang et que le neuvième « Rameau Terrestre » (Di Zhi) Shen est également de tendance énergétique Yang.

singe hurleurAvec son cousin le singe hurleur on ne fait pas dans ce qu’il existe de plus discret.

Ce qui est quantitatif et subtil devra dont être privilégié par rapport à ce qui est quantitatif et grossier.

Les années du Singe de Feu sont généralement propices aux activités artistiques mais également au commerce et aux échanges de tous poils. Ce n’est pas être devin que de prévoir qu’on va assister au développement sans précédent d’une nouvelle forme d’économie basée sur le principe de l’échange, du troc, de la combine, de l’arrangement bref du « biziness à la chinoise » (concernant surtout les Chinois entre eux !) que l’on qualifie, là bas, de mai-mai, qu’on traduit par « acheter-vendre », mais qui signifie littéralement « de la main à la main ». Donc sans intermédiaire et avec le moins de « charges » possible. Bercy appréciera !

Il va sans dire que cela n’est pas tout à fait destiné à simplifier les choses ni à les clarifier. Le Singe est un expert dans l’art de la dissimulation tout en étant tout à fait capable, par provocation, de montrer ses fesses, pour ne pas dire son cul. Un proverbe chinois affirme « Quand il n’y a plus de Tigre dans la montagne, le Singe s’y fait roi ! »  Et le Roi des Singes est, probablement, le personnage le plus aimé et le plus apprécié des Chinois parce qu’il est, justement, capable de cette fantaisie qui remet l’ordre en cause. Et, finalement, il s’en tire toujours à son avantage.

On peut donc s’attendre, également, à quelques fantaisies et autres désordres.

Sun Wukong 1

Le Roi des Singes Egal du Ciel et son Bâton Magique. Image actuelle à la limite du « Kawaï »

Il est à noter que, justement, une légende raconte que certains thés rares et précieux poussant dans les montagnes escarpées de l’Ouest de la Chine ne peuvent être cueillis que par des singes élevés et nourris au sein même de la famille des récoltants. Des singes simplement dressés bâcleraient le travail ou en profiteraient pour s’enfuir.

Sun Wu Kong ou Son Go Ku, le « Roi des Singes » et son bâton magique. Estampe populaire XIXe.

Chine singe 2

Singe dans un monastère taoiste en Chine.

Chine singe 3
Maman guenon et son petit dans le même monastère.

Une année caractérisée par la chaleur du Shao Yang ou Feu Ministériel mais également favorable aux « affaires ».

Le chapitre 71 du Suwen (So Ouen), ouvrage fondamental de médecine interne (acupuncture, moxibustion, massages, nutrition, exercices et mobilisations), attribué à l’Empereur Jaune, indique « que dans les années régies par le Shao Yang, il fait plus chaud que dans les autres années. La chaleur excessive est souvent cause de maladies dont les symptômes sont les suivants : abcès, diarrhées, gonflements, vomissements, douleurs au cœur. Quant au traitement en profondeur il convient de prescrire des médicaments et des aliments salés, âcres, aigres pour disperser l’excès de plénitude de l’énergie, ce qui permet d’éviter que ne se développent des maladies graves ».

Singe Tamarin

Encore un singe lion de belle allure et qui sait se faire comprendre !
« La sortie c’est par là ! »

Ceci dit, l’année du Singe de Feu  est généralement favorable au commerce, aux spéculations et aux « affaires » dans tous les sens du terme. Symboliquement Mercure est à la fois le dieu du commerce et des voleurs et ceci en Occident comme en Orient. Elle permet à ceux qui sont déjà « malins comme des singes » de se livrer à toutes sortes de spéculations : financières, boursières, immobilières, politiques, professionnelles. C’est donc, pour eux, le moment d’investir en prenant quelques risques. Il va sans dire que ce type d’opérations est à fortement déconseiller aux balourds ou aux timides et autres réservés qui risqueront d’y laisser leur chemise qu’ils retrouveront plus tard sur le dos du singe. Ce qui n’arrangera pas sa réputation, mais il n’en a que faire puisqu’il se situe au-delà du commun.

De plus le Singe de Feu, ou Singe Rouge, le « marmouset » passe pour un sacré fripon. Son nom médiéval de « sagouin » en dit long sur ses capacités. Il peut, aussi, parfois, rappeler quelque peu les « singes à cul rouge » qui ne se rendent même pas compte qu’ils finissent, quand même, par en faire un peu trop.

Roi des Singes 2

Le Roi des Singes dans une version cinématographique – C’est bien le « Singe de Feu de la Montagne » !

Il se considère en effet comme l’animal le plus habile du cycle du zodiaque, ce qui lui permet de laisser de coté les complexes qui empèchent le commun de se faire valoir. Il est donc particulièrement opportuniste et a tendance a ramasser et à adopter ce qu’il considère comme perdu par autrui. Selon le vieil adage populaire  » Ce qui est dans le fossé est pour le soldat ! » .

Quitte à être très étonné si on vient, plus tard, lui réclamer son bien. Et, de plus, c’est un quadrumane qui possède, pour certains, une queue préhensile. Donc un quintumane. Il lui est difficile d’échapper à la tentation de voir (du savoir) et de prendre (pour comprendre).

Sa devise pourrait être « Savoir pour comprendre »

mais aussi « Pas vu pas pris ».

miniature singesLes singes et les oeufs – une tentation à laquelle on ne résiste pas ! Estampe chinoise XIXe

Et dans la catégorie « pas pris », il aime s’amuser : dans la vidéo ci-dessous, un singe fait tourner deux tigres en bourrique…

C’est, en quelque sorte, un noble fripon qui demeure très vertueux tant qu’il n’a pas été tenté. Après il lui est difficile de faire machine arrière et il trouvera toujours dix mille excuses pour se justifier tout en demeurant parfaitement de mauvaise foi et totalement persuadé de son bon droit. Mais, d’autre part, ce coté quelque peu obscur de sa personnalité est compensé par sa générosité naturelle. Il peut très bien, comme Robin des Bois (qui est, en réalité, « Robin la Capuche » car Hood ne désigne pas un bois mais cet accessoire vestimentaire fort prisé dans les banlieues ! )  ou Mandrin, dépouiller les riches pour habiller les pauvres. Après s’être, pour lui-même, taillé un beau costard.

timbre-chine-singe

 

Petit marquis et gros barons :

Petits singes volant des fruits secs dans une calebasse – Stéatite Chine XIXe Coll. GC

Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que ce petit marquis rusé ne cherche sans cesse à rouler les gros barons et même à leur tenir tête avec détermination et courage si il se sent acculé.

Le caractère chinois désignant le singe, Hou, est homophone du caractère marquis, ce qui lui confère une certaine noblesse mais, surtout, une certaine richesse.

 

On représente donc souvent le singe assis sur un coffre à bijoux.

 

Zhengua Bronze

Singe assis sur un coffre à bijoux et tenant deux lingots d’or : La Prospérité !

Dans l’imagerie populaire, un singe tenant une pêche (Hou Pao Jeou) signifie littéralement « Que votre descendance bénéficie de la longévité ».

Un singe à coté d’un cheval (Feng Hou Ma Shang) se lit « Vous deviendrez rapidement marquis », donc une personne riche, importante et bien considérée, ce qui évoque une promotion sociale ou professionnelle rapide et méritée.

Le singe, n’en doutons pas un seul instant, est un sacré malin.

Malgré ses facéties et ses cabrioles il sait toujours retrouver son équilibre et, parfois même, se faire pardonner d’avoir voulu tirer les moustaches du tigre ou la queue du serpent.

Singe et peche immortalite

Le singe tenant une pèche d’immortalité  « Hou Pao Cheou » « Que votre descendance soit prospère ! »

Singe sur Cheval

Singe sur un cheval tenant un sceptre de jade :  « Ma Shang Fen Hou »  « Puisse-tu devenir aussi puissant qu’un Comte »
En chinois le singe (Hou) est homophone de Comte ou Marquis (Hou). Dans une certaine mesure le Singe demeure un « petit marquis » tandis que le Tigre est un « gros baron » !

Bonobo songeurGros baron légèrement pensif ! Ne préparerait-il pas quelque chose d’inavouable ?

Il apprécie la majesté et la liberté du Dragon et la subtilité du Rat avec lesquels il s’entend pour réaliser quelques tours pendables, et souvent rentables, au détriment du Bœuf, du Coq et du Chien qui demeurent souvent un peu trop naïfs vis à vis de ses stratégies complexes et déroutantes. Il est sans pareil pour s’adapter rapidement à toutes les situations et demeure expert dans l’art de l’embrouille.

Quelque peu vantard il est également capable des plus basses flatteries pour aboutir à ses fins. C’est, parfois et même souvent, sur un plan professionnel ou politique une espèce d’Iznogoud, ou de « speedy Monkey », qui, dans ses mauvais rôles, ne reculera devant rien pour être Khalife à la place du Khalife même et surtout si il sert celui-ci avec empressement et passion. Jusqu’au jour où il est le patron.

Hanuman

Le rêve secret de tout singe qui se respecte : devenir aussi puissant et honorable que Hanuman !

Ce qui ne l’empêche nullement de respecter la hiérarchie familiale puisque ses talents multiples s’exercent surtout en dehors de chez lui où il se comporte souvent avec beaucoup de rigueur et de droiture. Ce qui n’exclut nullement la tendresse et l’envie, parfois un peu envahissante, d’une nombreuse descendance. Le singe est souvent un chaud lapin. Il suffit d’observer des chimpanzés bonobos pour s’en convaincre.

Gorille dos gris
Grand gorille à dos gris. Celui-là a probablement été ministre des finances !

Si le « bobo » est le « bourgeois bohème », le bonobo est donc le « bourgeois non bohème ». Il peut passer le plus clair de son temps à tenter d’élargir le cercle de ses relations. Difficile de lui résister et souvent, plus encore, de lui en vouloir. Dans l’esprit des Chinois c’est un animal attachant mais qui possède de nombreux défauts nécessaires à la survie en société. Il est donc très bien considéré car il convient de l’avoir comme allié plus que comme ennemi.

Tamarin lion dore

Le Singe de Feu c’est le singe lion  (leontopithecus) : il revendique d’être rouquemoute !

Un proverbe chinois affirme « Mieux vaut avoir un singe chez soi qui va pisser chez les autres que de le savoir chez les voisins ». La formule fut reprise par Eisenhower quand on lui demanda comment il pouvait supporter Edgar Hoover le chef de ses services secrets qui avait très mauvaise réputation et qui deviendra directeur du FBI surnommé « le plus grand salaud d’Amérique » par Norman Mailer. « J’aime mieux qu’il couche dans ma tente car quand il se lève le matin il va pisser sur la tente du voisin ! » De nombreux temples, en Chine comme en Inde ou au Japon, acceptent donc sa présence car nul mieux que lui sait égayer un lieu austère et y apporter une fantaisie toujours renouvelée. On excuse donc ses menus larcins et les quelques déprédations qu’il y commet et on respecte ses capacités physiques exceptionnelles, son équilibre dynamique et sa souplesse.

Red Shanked Douc Langur

Voici le Prince de la forêt vietnamienne de Da Nang, le Douc Langur alias Pygathrix nemaeus.
Si l’homme descend du singe on aimerait que cela fut de lui !  Ne représente-til pas tout à la fois la fameuse sagesse asiatique et une certaine propension à l’humour qui, parfois, est bien nécessaire à la survie de l’espèce ! Comment ne pas éprouver, réellement, une certaine empathie. Il a bien failli disparaître à cause de la folie des hommes, du napalm, de l’agent orange et du carpet bombing.
Mais, c’est rassurant, il est toujours là.

 

Sa Majesté le Roi des Singes :

Timbre an du singe 2

Timbres canadiens de l’Année du Singe Sun Wu Kong – le Roi des Singes –

Le Roi des Singes, Sun Wu Kong,  Son Go Ku en japonais, demeure donc l’un des héros les plus populaires du roman et de l’opéra chinois car, bien que respectueux de la sagesse, il sait s’opposer à la tyrannie et à la force brutale.

Singe et meditation

Singe en cloisonné. Il est en posture de méditation et maintient et contient le pêche d’immortalité

Il est particulièrement apprécié par le petit peuple des villes et des campagnes car malgré son rang élevé dans la hiérarchie sociale grâce à son titre de marquis, il se prétend lui-même « L’Invincible égal du Ciel », il incarne la rébellion et la subversion.

Pour beaucoup il incarne donc la liberté du taoïste qui sait se moquer des convenances et qui cherche toujours à remettre en cause l’ordre établi lorsque celui-ci n’est pas celui du Ciel, donc du Tao.

 

Trois Singes Tsuba Bushu
Tsuba japonaise (garde de sabre Katana) avec les Trois Singes. On peut se couper en rondelles, certes, mais avec philosophie et savoir faire !

2500x2500_542955a5c02e7 2500x2500_542955bea27a9 Bateleur japonais et son singe – Bronze doré XVIIe

Dans le roman picaresque « Le voyage en Occident » (Xi You Ji ou Si Yeou Ki) il accompagne un saint homme, le pèlerin Xuan Zhang, Sanzo Hoshi en japonais,  et, malgré son impertinence et ses erreurs, ne cesse de tirer ce dernier, quelque peu coupé des réalités, des multiples traquenards où il tombe au cause de sa bonté naïve.

En réalité, et quoi qu’on dise, le Roi des Singes alias Sun Wugong (« Celui qui a pénétré le Vide »), alias Mei Hou Wang (« Parfait Roi Singe ») éclipse rapidement en renommée et intérêt celui qu’il est censé accompagner sans son périple vers l’Occident, donc vers les Indes, à la recherche des textes sacrés originaux du Bouddhisme. Il faut dire que le moine Xuan Zhang (Hiuan Tsang) alias Kin Shen « Contemplation Dorée », alias Tripitaka qui fut banni du Palais Occidental pour s’être laissé aller à sommeiller lors d’une méditation, est particulièrement fat, sentencieux et pénible à supporter. Dans un premier temps, le roman fait donc l’apologie du Bouddhisme et de ses enseignements, ce qui ne l’empêche pas l’auteur, un certain Wu Zheng An (Wou Tcheng Ngan) (1505 1580), entre les lignes, d’initier le lecteur à la cosmologie taoïste et de rendre le Roi des Singes de plus en plus sympathique alors que, visiblement, il ne cesse, et quel qu’en soit le prix, de s’opposer à ces enseignements. Donc à une doctrine extérieure à la Chine officiellement imposée comme modèle.

Sun Wukong 2

Le « Voyage vers l’occident » dans une version BD demeurée célèbre.

Il existe une anecdote amusante, presque une parabole, sur le Roi des Singes et le Bouddha. Le Roi des Singes défia le Bouddha en lui demandant de le mettre à l’épreuve. Le Bouddha lui proposa donc d’utiliser ses pouvoirs magiques pour se rendre le plus loin qu’il pourrait et d’y laisser un pipi comme preuve de ce lointain voyage. Le singe accepta le challenge et bondit comme un forcené, traversant l’espace comme un bolide et, finalement, à bout de force, aboutit, épuisé, sur une montagne inconnue.

Il fit pipi sur un rocher, se reposa quelques jours et revint en faisant le trajet inverse. Il retomba aux pieds du Bouddha fort content de son exploit. Le Bouddha sourit, ouvrit lentement le poing et lui montra la base du pouce. Il se contenta de dire « Sent ici ! ». Et le singe reconnut l’odeur de son urine.

Tsuba Songaku

Tsuba japonaise (garde de sabre katana) avec le Roi des Singes et la Main du Bouddha (remarquez qu’elle est quand même bizarre cette Main du Bouddha !) .

La fameuse montagne n’était « que » la Main du Bouddha (Wushouzhishan). Et se le tint pour dit.

Cela oblige à réflèchir quelque peu sur la vision occidentale que nous avons de l’univers. Qui n’est, en quelque sorte, qu’une chiure de mouche sur la sandale du Bouddha. Et d’ailleur pourquoi se restreindre à l’univers ? Si il existe un univers pourquoi n’en existerait-il pas deux ? Ou plusieurs ? Pourquoi dans ce cas ne pas imaginer un ou plusieurs multivers ou plurivers ? Ce qui transformerait la notion restreinte d’universel (qu’on pourrait qualifier de pédagogique !)  en quelque chose de plus large, de plus vaste qui serait le multiversel ou le pluriversel. Transfini et continu. Mais finalement c’est simplement les noms qu’on ne veut pas attribuer au Tao qui est capable d’en contenir autant que l’on peut en imaginer sans pour autant être rempli.  Avant il y avait quelque chose, après il y aura autre chose, encore. Dans les temps jadis l’Etre Humain croyait que le soleil tournait autour de la terre. Dans les temps actuels l’Etre Humain croit, encore, que la terre est le centre de l’univers, son nombril en quelque sorte. Sinon il ne compterait pas dans ces minables notions  de temps et d’espace que sont les années lumières, référence à notre système terrestre et solaire et qui n’ont donc aucune raison d’être autrepart. Le Tao n’a pas grand chose à faire et à voir avec l’univers. L’univers n’a pas grand chose à faire et à voir avec la terre. La terre n’a pas grand chose à voir et à faire avec l’Etre humain.

 

Wuji Chine

Le Wouji – origine fondamentale – « Avant il y a quelque chose, après il y a autre chose encore ! »
Temple taoiste des Sept Etoiles  en Chine

Taiji Chine 1
Le Taiji (Tai Ki) ou Grand Faite (Grand Sommet, Grand Comble, Grand Cap, Grand Chef, Poutre Faitière) : « Pei Yin Pei Yang Shang Wei Dao » – « Un Yin Un Yang Le Tao ». Le reste est foutaise.
Temple taoiste chinois des Sept Etoiles.
La figure a plusieurs millénaires mais a été peinte hier soir !

Seul l’Etre humain imagine qu’il influe en quoi que ce soit sur la destinée terrestre et céleste. La race humaine peut parfaitement disparaître sans que la terre en soit affectée ne serait-ce qu’un simple instant. La terre peut parfaitement disparaître sans que l’univers en soit affecté un simple instant. L’univers peut parfaitement disparaître sans que le Tao en soit affecté un simple instant. Le Prince Liu Han, auteur du Houai Nan Tseu (Wainanzi -IIIe siècle Av. J.C.) exprime cela simplement et directement « Lorsque la terre peut facilement se passer de l’Etre Humain (ou Homme avec une Majuscule – donc qui embrasse la femme avec une minuscule !), l’Etre Humain, par contre, ne peut pas se passer de la terre. Il est, simplement, de l’intérêt de l’Etre humain de respecter la terre ».

Point. C’est simple, c’est efficace pas besoin de raconter des carabistouilles compliquées. Zhuangzi, alias Tchouang Tseu, en rajoute une couche dans L’Oeuvre Complète XXIV : « Ceux qui tirent leurs ressources des autres hommes ne sont que des parasites. Ainsi que les puces et la vermine qui vivent sur un porc. Elles considèrent les parties poilues du cochon comme leur palais. Elles utilisent ses replis comme autant de demeures confortables. Elles ne soupçonnent pas qu’un jour viendra ou le Grand Boucher étendra de l’herbe sêche sur le sol et prendra une torche. Ce jour là elles finiront brulées comme le cochon ».  Et la farce sera jouée. Sans plus.

Yu Wangji Singe et sage
Le sage et le singe ou l’inverse.

Le Singe représente la querelle entre Taoïstes et Bouddhistes

donc le désordre cosmique permanent :

Singe et racine de lotus Stéatite chinoise XIXe Coll. GC

C’est l’opposition habituelle entre les taoïstes et les bouddhistes que les paysans de l’époque nomment, non sans un certain humour les « Singes Noirs » et les « Anes Jaunes ».

Ceci en référence aux habits portés par les représentants des deux tendances : les taoïstes vêtus d’une longue robe noire et d’un chapeau à ruban qui ressemble à une longue queue ; les bouddhistes habillés d’une tenue jaune safran et portant un collier de bois comme « un âne bâté ». Si on ajoute que les taoïstes « se tapent le derrière par terre jusqu’à ce qu’il devienne rouge » à l’occasion de leurs pratiques gymniques (Tao Yin) et que les bouddhistes « ont de longues oreilles à cause des poids qui y sont accrochés et acceptent, pour éviter de somnoler, de recevoir des coups de bâton » le tableau est parfait. Entre le singe insaisissable qui se méfie et critique par principe et l’âne qui accepte tout, sans broncher, Il est facile de comprendre vers lequel s’exerce naturellement la sympathie populaire. Cette opposition entre Taoïstes et Bouddhistes représente symboliquement l’organisation d’un désordre cosmique permanent que chacun tente d’expliquer et de résoudre à sa manière.

 

Un expert réputé dans l’Art Chevaleresque du Bâton et un modèle de bravoure et d’indépendance.

Singe Gungfu

« Tu vas t’en prendre une et tu ne demanderas même pas ton compte ! »

Année du Singe (2)

Le Roi des Singes est, bien évidemment, un redoutable expert dans ce que l’on nomme en Occident les Arts Martiaux et plus particulièrement encore dans le combat au bâton qui, entre ses mains, devient une arme magique et redoutable.

De ce fait, il existe de multiples écoles de « Kung Fu Wushu » (Art Martial Chinois Traditionnel ou Art du Poing Chinois que l’on devrait traduire par Art de la Bravoure ou Art Chevaleresque) spécialisées dans la « Boxe du Singe » (Hou Quan) qui allie souplesse et rapidité.

 

Chan Sao Chung
Le Sifu Chan Sao Chung expert de la Boxe du Singe Tai Shing Pek Kwar à Hong Kong dans les années 1970. De toute petite taille il n’en était pas moins un adversaire redoutable !

Boxe du Singe

Posture et attitude caractéristique de la Boxe du Singe

Le Roi des Singe est, en Chine, considéré comme une sorte de Robin des Bois (encore ce « Robin la Capuche » !) très malin et quelque peu provocateur qui aurait étudié la stratégie militaire de Sunzi (Sun Tseu) et qui aurait les pouvoirs magiques de Merlin l’Enchanteur. Il représente en quelque sorte le « barbare » au grand cœur qui se joue des interdits et des règles établies tout en faisant respecter la vraie justice.

En énergétique chinoise l’un des premiers a avoir utilisé l’aspect psychomomatique de la pratique corporelle liée au mouvements des animaux fut Hua To (Hwato) fondateur d’une forme de gymnastique zoomorphe incluant les mouvements du Singe et ceci vers les années 250 de notre ère.

Cinq Animaux

Mouvements zoomorphes du Dr Hua To (250 de notre ère) à des fins médicales.

Dans la conception chinoise le « barbare » est simplement celui qui vient d’ailleurs et « qui ne connaît pas de limite ni dans ses paroles ni dans ses actes ». Mais le rôle essentiel de ce « barbare », comme ce fut le rôle de Bodhidharma le fondateur du Chan ou du Zen, est de réveiller à coups de pieds dans le derrière ceux qui se sont paisiblement assoupis sur leurs lauriers. Donc de faire bouger les (braves)gens et les choses (bien faites) pour les faire avancer quelque peu quitte à employer les grands moyens. C’est un peu pour cela que le Singe de Feu risque d’être insatisfait car il a un travail énorme à accomplir et qu’il ne dispose que d’une année tous les soixante ans pour ce faire. En résumé, l’année chinoise du Singe de Feu est une année particulièrement fertile en rebondissements et pendant laquelle on ne risque surtout pas de s’ennuyer.

Singe lion
Le singe de feu à tête de lion – estampe chinoise XXe

 

La vision occidentale du Singe !

« L’Afrique a ses singes, l’Europe ses Français » Arthur Schopenhauer

On trouve encore quelques anciens ouvrages d’histoire où le Comte de Boulogne, père de Godefroy de Bouillon, est appelé Eustache aux Singes ou Eustache aux Guenons. Le justification était que son fils avait du lui rapporter quelques uns de ces quadrumanes au retour de croisade. Heureusement d’autres historiens se rendirent compte qu’il bénéficiait de ce titre avent même la naissance de son fils. En réalité il s’agissait de signes et/ou de grenons qui, dans le langage d’époque désignaient de longues moustaches que l’on nomma plus tard bacchantes. Il se prénommait donc, en réalité Eustache les Belles Moustaches. Mais à la fin du XIXe un autre historien, probablement influencé par Wagner et Lohengrin, se dit qu’il devait y avoir une erreur d’orthographe et qu’il fallait dire Eustache au Cygne. Ce qui eut, quand même, un certain succès puisque les armoiries de Boulogne, comportant trois besants ou tourteaux, donc trois pièces circulaires, depuis plus d’un millénaire, comportèrent donc ce romantique volatile.  Que l’on retrouve toujours de nos jours sur place.  Mais ceci dit nos latinistes de cuisine finirent bien par transformer le « fleurus » du Grand Charles, alias Carolus Magnus Fleurus, donc Charlemagne à la barbe rase (qui affleure à peine, à fleur de peau) en barbe fleurie !

Le singe avec ou sans majuscule (dans ce dernier cas c’est plus un principe symbolique !) n’est pas ce qui nous motive le plus en Occident ! En gros lorsqu’il est petit, le marmouset ou le sagouin, c’est une peste sournoise et malfaisante et lorsqu’il est plus gros, le magot, c’est une sordide brute à front bas.

gare au gorille

Roger Hanin dans son rôle du « Gorille ». Il est l’archétype du garde du corps. Avec une barbe il devient donc une « barbouze ». Il représente un peu Raymons Sassia qui fut, pendant des années, le garde du corps du Général. Il va y avoir des baffes !

Gutt

Pas loin derrière l’indestructible Gutt de la série « Age de glace » !

Mikael et Bubbles

Dans un tout autre registre Michael et son petit ami Bubbles. Le premier qui l’ouvre fait cent pompes !

Singe porcelaine XVIIIe

Un peu de finesse dans ce monde de brutes ! Singe en porcelaine XVIIIe

singe et grenade

On l’a échappé belle ! Là c’est un jeune orang-outan (qui possède une légère ressemblance, d’ailleurs, avec John Wayne !) qui s’entraine à dégoupîller des grenades. Heureusement qu’il a oublié sa kalashe.

Heartfield
Plus malfaisant un politicien bien connu dans les années trente croqué par Helmut Herzfield dit John Hartfield (1891 1968) dont les caricatures mériteraient d’être plus connues. A l’époque où le Front Populaire avait pourtant délibérément choisi d’envoyer les athlètes français aux Jeux de Berlin (1936) en sabotant ceux de Barcelone organisés par les Républicains ! On a les amis qu’on peut !

Hartfield
Toujours de John Hartfield : Goebbels réussit à faire passer Hitler pour un socialiste, nazional certes, mais socialiste !  On comprend que cet artiste ne soit pas trop apprécié à sa juste valeur !

 </