Thé : Pour en savoir plus

Par Georges Charles

 

Petit Traité du Thé par Gilles

Brochard – collection Les Petits Livres de la Sagesse – Editions La Table Ronde –

Charmant petit ouvrage sur le thé, ses traditions, ses usages, ses historiettes.

Charte du buveur de thé.

Le Livre du thé par Okakura Kakuzo

Editions Philippe Picquier

Il s’agit désormais d’un classique que tout amateur de thé se doit d’avoir lu ne serait-ce que pour comprendre la subtile différence entre les écoles chinoises et les écoles japonaises. Depuis sa publication, en Occident, il y a presque un siècle il n’a d’ailleurs cessé d’être réédité, ce qui prouve qu’il demeure intemporel. Cette nouvelle version bénéficie d’une traduction du texte que l’auteur japonais rédigea en anglais au tout début du siècle (1906).

Cela redonne une nouvelle jeunesse, une nouvelle vigueur au propos même si certains peuvent quelque peu regretter ce qui, justement, faisait le charme quelque peu désuet d’anciennes traductions comme celle de Gabriel Mourey datant de 1927. La voie du thé a donc remplacé le Théisme, Zen le Zennisme, Voie le Sentier… et des photos noires et blanches les délicieuses illustrations à la plume de Loka-Hasegawa. Il est à noter que la préface et la postface ont été rédigés par Sen Soshitsu, quinzième descendant du fondateur de la fameuse Ecole de Thé Urasenke, ce qui constitue, en fait, un autre traité fort instructif puisque ce Maître revient sur les notions essentielles d’Harmonie (Wa), de Respect (Kei), de Pureté (Sei), de Sérénité (Jaku) en usage dans la cérémonie du thé.

Le thé de Chine ” Les clippers

de la course du thé ” Editions de La Pagode

Un autre charmant petit ouvrage destiné, celui-ci, à nous faire connaître et apprécier plus spécifiquement les thés de Chine et leurs multiples crus précieux. Comme il n’existe, malheureusement, que de très rares ouvrages sur ce sujet précis et que les auteurs ont visiblement bénéficié d’une excellente documentation, il est donc réellement bienvenu.Cela vous fera regretter, une fois de plus, le fait que les restaurateurs asiatiques et même chinois persistent à ne servir à table qu’un vulgaire thé au jasmin qui accompagne aussi bienla cuisine céleste qu’une limonade des huîtres de Belon.

Le Livre du potier

par Bernard Leach Editions, Dessain et Tolra (1974)

Pour les amateurs de thé passionnés de poteries, ce qui n’est nullement incompatible, voici un ouvrage que vous ne trouverez que chez les bons bouquinistes mais qui en vaut la peine. Leach fut, en effet, un des rares occidentaux, sinon le seul, à être considéré au Japon comme le Septième Successeur, donc Maître Héritier et Chef d’Ecole, de la fameuse poterie Kenzan, considérée comme un Trésor National. Il fut, bien évidemment, également Maître de Thé. Ce magnifique ouvrage retrace son itinéraire et, par contrecoup, sa production. Si vous ne comprenez rien à l’Art Japonais et aux traditions qui le motivent ce livre constitue une initiation exceptionnelle et une invitation à la découverte et à la pratique du Do. De plus, cet ouvrage est une incitation merveilleuse à l’humilité et à la simplicité pour tous ceux et celles qui se prétendent des maîtres en matière de pratique japonaise qu’il s’agisse d’arts martiaux, d’arrangement floral, de Bonsaï ou de Zen.

La cuisine chinoise