Chargement Évènements
Cet évènement est passé

STAGE DE BATON DE L’ECOLE SAN YIQUAN

Avec Xavier DUMONT
Assistant de Georges CHARLES. Directeur Technique IDAMCT Institut Des Arts Martiaux Chinois Traditionnels. Association fondée en 1978.

Les 12 et 13 février 2022 le Hérisson de Jade organise à Athis Mons un stage
consacré à l’ensemble de la pratique du bâton de l’école San yiquan.

Ce stage s’adresse aux enseignants et aux pratiquants possédant des notions de la
pratique du bâton.

Il portera, entre autre, sur :
– le Bâton de l’Energie de la marquise de Daï,
-Le bâton du paysan (Gong Min Gun),
– Le Bâton du Guerrier (Zan Shi Gun) ( Les Cinq Formes Fondamentales et les 25 formes)
– Le Bâton des Officiers (Wu Guan Gun)les 3 tao lu : Bâton qui rebondit ; Bâton qui vole ; Bâton qui intercepte
– Le Bâton du Général Yao Fei (Yue Fei Gulianjiang)
… avec leurs applications.

Coût du stage : 60€ pour adhérents ACT et 70€ pour les non adhérents.
Lieu : 10 rue Lebeau Athis Mons

Début du stage samedi 10h, fin dimanche 17h
Places limitées inscriptions jusqu’au 1er février 2022
Contact : leherissondejade@orange.fr

Kao Yuen Chai “Le Médecin Transcendant” armé de son Bâton Merveilleux (Ling Gun)

tel : 01 69 57 03 72

En Chine le Bâton est considéré comme “La Mère de toutes les Armes” et il y représeznte l’Elément Terre, le Centre, l’équilibre. C’est à la fois un outil de travail, un instrument de mesure, une arme et une figure-symbole. Il est présent de la base au sommet de la hiérarchie où il est considéré comme “instrument de pouvoir”. C’est, par exemple, la crosse papale, le Sceptre Royal, le Bâton de Moïse mais c’est aussi le bâton de marche du simple pélerin, le bâton du sergent de ville, le bâton qui porte le baluchon du promeneur. Il permet de relier le bas et le haut, la terre et le ciel, le corps et l’esprit.
C’est le gnomon, bâton planté dans le sol qui grâce à son ombre est capable de donner l’heure solaire. Il est aussi instrument de mesure permettant de définir la longueur et le largeur d’un terrain, donc sa surface. C’est l’outil de l’arpenteur. Il permet de vérifier si une surface est plane. Au Japon, par exemple le “Shaku” est une mesure de longueur équivalent à la coudée et le “nunchaku” est donc deux bâton d’un  Shaku reliés par une corde. Il ne faut pas oublier que, concernant les Arts Chevaleresques (Wushu classique), “L’arme précède le Poing” car de tous temps l’être humain a su utiliser les armes pour se défendre ou pour attaquer et pour se nourir. On n’allait pas à la chasse à l’auroch à main nue ! Des silex taillés découverts récemment en Chine à Zhoukoudian (Choukoutien) (site situé à proximité (42 km) de Beijing (Pékin) déjà fouillé par Teilhard de Chardin au début du XXe siècle, ont été scientifiquement datés comme datant de deux millions d’année (2.000.000 années). Les pratiques “à main nue” sont généralement rituelles. On abandonne les armes pour ne pas se blesser lors de luttes villageoises. Ou sont destinées aux forces de polices qui veulent se saisir d’un hors-la-loi et l’amener devant un tribunal. Ou, comme la “Longue Main de Yue Fei” qui est à l’origine du Xingyiquan, sont destinées à savoir et pouvoir se défendre lorsqu’on est désarmé, qu’on a perdu ou oublié son arme (…dans la boîte à gants de la voiture, mais là c’est une faute professionnelle ou un argument suspect).
Le Bâton permet de rentrer de plein-pied  dans le monde des Arts Chevaleresques et d’en comprendre les principes essentiels. Il illustre parfaitement le fameux “Zhong Shu” : “Rectitude et Bienveillance”.
Le Bâton transmis au sein de l’Ecole San Yiquan est celui de “La Mante Religieuse des Sept Etoiles du Nord” qui était enseigné au sein du Clan Wang de Yue, Clan “Protecteur de Hangzhou”  dont Wang Zemin (1909 2002) descendait directement. La transmission a donc été directe vis à vis de Georges Charles qui fut, officiellement, son successeur. Et la Transmission continue donc de s’effectuer au sein de l’Ecole San Yiquan. GC