Le Dragon et Saint Georges

“Au Nom de Dieu, de Saint Michel, de Saint Georges je te fais Chevalier, sois vaillant, loyal et généreux “

Formule de l’Adoubement du Chevalier .

Saint Georges a été destitué au Concile de Vatican II sous le prétexte d’un doute sur la réalité de sa vie historique mais surtout pour ménager quelques susceptibilités, particulièrement au Moyen Orient. Il continue malgré tout à être honoré comme Saint par les Orthodoxes et par les Anglicans. Concernant sa popularité, elle demeure intacte et c’est un personnage toujours très honoré qui est le Saint Patron d’un bon nombre de pays à commencer par l’Angleterre et de nombreuses corporations dont celle des cavaliers. Démocratiquement il aurait beaucoup de chances d’être élu. Et il y a de fortes chances, aussi, pour que pas mal d’élites lui accordent encore confiance. Impossible de le passer à la trappe ! Et le Calendrier des Postes est formel, Vatican II ou pas, Saint Georges est fêté le 23 avril et le sera encore longtemps.

 

Saint Georges au Moyen Orient

Il est difficile d’évoquer le Dragon sans parler de Saint Georges qui est, selon la terminologie officielle un Saint sauroctone , donc qui vainc le dragon, mais qui est le plus célèbre d’entre eux qui sont, avec l’Archange Saint Michel, une quarantaine à revendiquer ce titre. Mais Saint Georges est également nommé le tropéophore c’est à dire le “porteur de victoire”. Bien que son authenticité historique ait été mise en cause, nous verrons plus loin pourquoi, il est demeuré très populaire et est l’un des cinq saints les plus honorés tant par le nombre d’églises qui lui sont consacrés que par ceux qui le revendiquent comme Saint Patron. Mais Saint Georges n’est pas seulement connu et honoré en Occident puisqu’il est, en réalité, originaire du Moyen Orient où sa popularité demeure très grande. Un culte très particulier lui est voué par les Coptes qui résident en Egypte et plus particulièrement au Caire et une église ainsi qu’un monastère lui sont consacrés. Une visite s’imposait.

Eglise Saint Georges au Caire

L’église Copte de Saint Georges au Caire Le soir il terrasse le dragon de néon. L’entrée de la salle des chaînes de Saint Georges se trouve sous l’échafadage du aux restaurations causées par un incendie volontaire.

Il s’agit de l’église Saint Georges et du monastère dans le quartier copte du vieux Caire à côté de la route Sharia Mar Girgis. Bien que le Caire compte une église Copte dédiée à Saint Georges depuis le dixième siècle c’est cette église et ce monastère plus récents puisqu’ils ne datent que de 1909 qui sont les plus visités et qui sont devenus au fil du temps un lieu de pèlerinage très fréquenté par les fidèles.

Entrée de la Salle de Saint Georges

L’entrée de la partie ouverte du Monastère un 23 avril lors de la Fête du Saint

Porte de Saint Georges

La Porte de Saint Georges dans le monastère

Statue de Saint Georges

Cette statue de Saint Georges se trouve dans le jardin du monastère

Porte de la salle de Saint Georges

Une autre image du Saint sur une porte du monastère

les chaines de Saint Georges

Les fidèles se font poser les Chaînes de Saint Georges qui donnent du courage et font cesser les douleurs. C’est un grand honneur pour les Coptes et de nombreux Cairotes que de porter ces chaînes sacrées.

Tableau représentant Saint Georges terrassant le Dragon

C’est le tableau représentant Saint Georges terrassant le Dragon qui se trouve dans la Salle des Chaînes.

Il faut dire que le monastère possède une relique considérée comme exceptionnelle puisqu’il s’agit des chaînes dont le Saint fut chargé pendant sept ou neuf années suivant les versions. Chaque année le 23 avril se déroule la cérémonie du Moulid (Fête) de Mar Girgis (Saint Georges) où les Coptes font la queue pour avoir l’honneur de porter un instant ces chaînes qui sont censées donner du courage et vaincre la douleur. A cette occasion sont chantés plusieurs psaumes par les religieuses du couvent, psaumes qui sont repris par tout le public venu assister à la cérémonie qui se déroule dans une salle ouverte au public puisque, par raison de sécurité, le monastère reste fermé et le nombre de religieuses est conservé secret.

Saint Georges et de Dragon au Caire

Un autre bas relief se Saint Georges en Romain terrassant le Dragon au Caire

Saint Georges en céramique au Caire

Une céramique ancienne représentant Saint Georges toujours au Monastère du Caire

Chants de Saint Georges

Les chants dédiés à Saint Georges

Chants de Saint Georges dans l’Eglise Copte cliquer ici

L’église de Saint Georges a d’ailleurs été la cible de plusieurs attentats et incendiée récemment. Bien que Saint Georges soit l’un des saints les plus populaires au Moyen Orient puisque son père était un Turc de Cappadoce et sa mère une Palestinienne et que lui-même était un conscrit, considéré à l’époque comme un “malgrè nous” de l’armée romaine en occupation Palestine et en Syrie, il évoque, également malgré lui, les croisades où il apparut, lors de la prise de Jérusalem, dans une armure blanche étincelante portant une croix rouge qui, par la suite, deviendra la Croix de Saint Georges et, par conséquent, l’emblème des Francs, donc des croisés.

Saint Georges en croisé de Jérusalem

Saint Georges vu en Grande Bretagne On dirait Brad Pitt en Achille dans Troies, la croix rouge en plus. Il porte l’armure des croisés et la croix de Saint Georges Et le Dragon vaincu est vert et en forme de croissant. Si c’est pas un peu de la provocation ! On comprend, aussi, pourquoi au Moyen Orient on préfère avoir affaire au “Croissant Vert” qu’à la “Croix Rouge” !

Saint Georges de Ludda en Grec

A comparer, évidemment, avec ce Saint Georges de facture grecque qui présente un tout autre visage mais qui perte quand même lance et épée munie d’une croix !

Saint Georges Donatello

Ou avec ce Saint Georges très Romain d’après Donatello

Saint Georges de Lydda au Caire

Encore différent de ce Saint Georges de Lydda cairote avec, comme il se doit, la moustache, preuve de virilité.

Saint Georges de Lydda en Turc

Saint Georges que l’on retrouve sur une statue de même facture laissant entendre son origine  capadoccienne, probablement fils d’un noble Arménien, donc d’Asie Mineure.

Ces mêmes croisés, si on en croit la légende, seraient arrivés sous les murs de Jérusalem et auraient été tenus en échec jusqu’à cette apparition miraculeuse qui leur aurait rendu le courage et permis de remporter la victoire. Malheureusement cette prise de Jérusalem, permise par Saint Georges, aurait été le prétexte à un massacre assez général des Musulmans et des Juifs ainsi que, probablement, de celles et ceux de toutes confessions qui se seraient trouvés dans la ville où, comme à Béziers, pendant la “Croisade de Albigeois” l’ordre aurait été de massacrer tout le monde en laissant à Dieu le soin de reconnaître les siens.

Croisés du Christ

On annonce la couleur ! Un Christ l’épée entre les dents, ceome celui de la Tapisserie de l’Apocalypse d’Angers mêne la croisade et impose sa loi ! En haut à gauche Saint Georges, les chevaliers portent sa croix. On n’est pas encore tout à fait à Vatican II.

Prise de Jerusalem par Signol

La prise de Jérusalem le 15 juillet 1099 – Tableau de Signol

Prise de Jérusalem Paul Lehugeur XIXe

La prise de Jérusalem – dessin par Paul Lehugeur XIXe La Croix de Saint Georges flotte sur la muraille

Bannière à l'Agneau Beaunes

La Bannière à l’Agneau de l’Hospice de Beaune C’est la fameuse bannière de Saint Georges qui fut hissée sur la muraille de Jérusalem le 15 juillet 1099 par les Croisés qui est représentée suspendue à la Croix. L’Agneau sacrificiel porte lui-même une auréole avec la Croix Templière. A dextre la Lune A senestre le Soleil Jakin, l’une des colonnes du Temple de Jerusalem est présente. Le Saint Graal, ou la Coupe de Joseph d’Arimathie, reçoit le Sang Sacré du Sacrifice. Il est vrai que de nombreux témoins attestèrent que Saint Michel, ou Sainte Jeanne d’Arc, on ne sait pas trop, apparut tout à coup au dessus des marais de Saint Gond en 1914 alors que l’armée française était en déroute et que cette vision d’un chevalier céleste aurait permis aux troupes de reprendre courage et de remporter une victoire sur l’assaillant dont les ceinturons portaient, quand même, le “Got Mit Uns” traditionnel aux Germains et aux Teutons. Quoi qu’il en soit l’allusion à la “Croisade” de Georges Bush puis à l’ “axe du mal” furent diversement appréciée dans le Monde Arabe et Saint Georges, à son corps défendant, en fit encore les frais puisqu’on opposa encore la Croix de Saint Georges, donc l’épée droite et franche, donc franque, au cimeterre qui représente le croissant donc ce qui est courbe. Le fait que la Croix de Saint Georges soit l’emblème de l’Angleterre, alliée indéfectible des Etats Unis ne fit que renforcer cette aversion.

Crois de Saint Georges

La Croix de Saint Georges rappelle quelque peu les croisés, donc les croisades ! Saint Georges sera, aussi, le Saint Patron des Templiers et des Chevaliers Teutonniques ! Difficile à avaler au Moyen Orient.

Croix Sinclair Rosslyn Chapel

La Croix de Saint Georges est cousine de cette croix de sable, ou d’azur, engrellée qui est celle du Clan Sinclair telle qu’elle est visible à Rosslyn Chapel. Guillaume, ou William, Sinclair fut l’un des premiers à poser le pied sur la muraille de Jérusalem le 15 juillet 1099.

Mais cela n’empèche le fait que Saint Georges est considéré comme un conscrit palestinien qui se conduisit, dans sa charge militaire, d’une manière toujours bienveillante et équitable ce qui ne le faisant pas trop apprécier par sa hiérarchie car, entre temps, il avait accédé à la fonction de tribun. Le cas de Saint Georges est très complexe car la Cappadoce, actuellement turque, était lors de sa naissance sous domination grecque mais occupée par Rome et assez fortement christianisée.

paysage de Cappadoce

Eglise de Saint Georges en Cappadoce. Son père était un administrateur issu de la noblesse locale, probablement arménienne, et de culture romaine marié à une Palestinielle nommée Polycronia qui s’était convertie, en secret, à la religion chrétienne. A son décès qui se produisit lorsque Saint Georges avait dix ans elle retourna en Palestine et s’installa dans la région de Lydda, en Judée. L’ascendance de Georges lui permit de suivre des études puis de se faire recruter dans l’armée romaine où il devint assez rapidement officier puis tribun et, enfin, l’équivalent de préfet particulièrement chargé des rapports souvent dans le domaine des conflits religieux entre les autorités romaines et les populations locales. L’origine de sa mère incita les autorités romaines à lui confier un commandement dans la région militaire incluant la Lybie, l’Egypte, la Syrie, la Palestine et donc Israël où il occupa plusieurs postes dans diverses garnisons. C’est dans l’une d’entre-elles, près de la vile de Silcha, ou Silène, en Lybie, dans la région de Béryte, dans le cadre de ses fonctions d’administrateur militaire, qu’il aurait mis fin aux agissements d’une bande de pillards perses dirigés par un certain Nahfr, ce qui signifie serpent ou dragon et qu’il aurait tué d’un seul coup de lance, ce qui aurait permis de capturer la bande et de restituer le calme à la région.

DRagon Oriental

Il n’y a pas de Dragons au Moyen Orient ! Et ça c’est quoi ? Hein ?

De ce fait d’arme, somme toute assez ordinaire dans les circonstances de l’époque, serait née la fameuse légende de Georges le Sauroctone, donc le tueur de serpent-dragon, où il aurait sauvé Alcyone, la fille du roi des griffes d’un dragon qui terrorisait la population. Et où son papa lui aurait témoigné d’une reconnaissance éternelle, lui offrant se fille en mariage assortie d’une fabuleuse dote mais qu’il aurait refusé. Il aurait, par contre, distribué la récompense qui lui était destinée aux pauvres et aux nécessiteux faisant de Saint Martin partageant son manteau un figurant de série B. Comme toute légende celle-ci se serait ensuite répandue peu à peu sans pouvoir être démentie. C’est donc l’épisode le plus fameux et le plus connu de sa vie de Saint.

Mais c’est aussi ce qui l’a rendu quelque peu suspect aux autorités ecclésiastiques qui ont toujours autant de mal à croire aux miracles et aux dragons. Il est évidemment assez difficile de donner créance à cette affaire de dragon mais on peut, d’autre part, dénombrer quarante deux autres Saints sauroctones, à commencer par l’Archange Saint Michel, sans compter quelques saintes qui, elles aussi, exterminèrent un dragon ou même plusieurs.

Saint Georges n’est donc pas le seul dans ce cas et il conviendrait alors de déclasser un wagon entier de Saints. Ses détracteurs affirment donc que ce Saint n’a pas d’existence historique malgré ce qu’en dit le Bienheureux Jacques de Voragine dans sa Légende Dorée des Saints qui, il est vrai, conte l’histoire du Bouddha sous les traits de Saint Josaphat (Chapitre sur Saint Barlaam et Saint Josaphat). Malheureusement pour eux il n’en demeure pas moins l’un des cinq Saints les plus vénérés sur toute la planète et à côté Saint Géraud, Saint Crépin ou Saint Landry, aussi respectables et honorables soient-ils, ne font visiblement pas le poids. Démocratiquement Saint Georges est vainqueur par KO. On pourrait également se poser la question de ce qui en est de son concurrent, l’Archange Saint Michel qui n’a pas besoin de cheval puisqu’il dispose d’une magnifique paire…d’ailes.

Saint Georges est donc le Patron de la cavalerie et de l’arme blindée tandis que Saint Michel est celui des parachutistes. Certains régiments comme le Premier Régiment de Hussards parachutistes revendiquent donc les deux saints que les croyants, jadis, évitaient de placer dans la même église ou du moins trop près l’un de l’autre. Ce sont des bagarreurs.

Le seul moment où Saint Georges et Saint Michel se côtoient sans risque est lors de l’adoubement d’un nouveau Chevalier puisque Dieu est invoqué et qu’en sa présence on évite les altercations et le désordre

” Par Dieu, Par Saint Georges et par Saint Michel, je te fais chevalier. Sois vaillant, loyal et généreux ! ” Après cette épisode du Dragon ou de Hafr, Georges continua sa tâche d’administrateur dans plusieurs régions mais toujours en ménageant les populations locales, souvent au détriment ou à l’encontre de la loi romaine et, certainement, en propageant des doctrines chrétiennes jugées séditieuses.

Il finit donc, très probablement, par exaspérer les autorités qui, profitant d’un décret de l’Empereur Dioclétien interdisant le christianisme le jetèrent en prison où il subit, rapporte la tradition, pendant sept ou neuf années les pires tortures mais sans jamais renier sa foi ou son action. Il est donc considéré, au Moyen Orient, comme le “Grand Martyre” et, ce qui est loin d’être négligeable comme un résistant à l’opression et à l’occupation. Quel que soit l’occupant. On y vénère, nous l’avons vu, jusqu’à ses chaînes. Et il obtint le titre envié, connu jusqu’en Grèce, de Tropéophore, c’est à dire le “Porteur de Victoire”.

Il fut exécuté le 23 avril 303 à Nicomédie mais son corps démembré ne put être totalement reconstitué. La tradition affirme que son crâne fut néanmoins enseveli dans un tombeau à Lydda, où il vécut avec sa mère, tombeau qui existe toujours et autour duquel fut construite une église qui lui fut dédiée et qui est sous la garde des Prêtres Orthodoxes Grecs. D’autres monastères affirment, évidemment, posséder une relique du corps du Saint, un morceau de son épée ou de sa lance. Cette dernière, nommés Ascalon, fut forgée dans le ville d’Ashkelar en terre sainte avec un morceau de météorite. C’est la lance de Saint Georges que tiennent certains évêques dans la statuaire des églises.

Saint Lambert et lance de Saint Georges

Saint Lambert tient à la fois la Lance de Saint Georges et une plume d’oie Il s’agit de Saint Lambert de Maastricht (déjà !) qui fut assassiné au VIIeme siècle Suivant les hypothèses il s’agit soit de la lance de Saint Georges soit de la lance avac laquelle il aurait été assassiné par les troupes d’un certain Dodon en février 708. Vitrail XVIIIe église de Nesle Normandeuse

Epée de Saint Georges

L’Epée de Saint Georges de la Cathédrale de Cologne en Allemagne. Elle date, en fait, de l’époque des croisades mais contiendrait une relique du Saint dans son tasseau. On retrouve des reliques dans de très nombreuses églises jusqu’en Georgie, dont il est également le Saint Patron, mais aussi en Russie et jusqu’en Angleterre et en Allemagne. Selon les Anglais, dont il est le Saint Patron, Saint Georges se serait rendu à Gladstonbury alors qu’il était en garnison chez les Bretons. Pourquoi pas. Le fameux trésor de Conques, qui fut exposé au Louvres en 2001, possède un bras reliquaire du saint contant un os.

Reliquaire du Bras de >Saint Georges

Reliquaire du Bras de Saint Georges du Trésor de Conques. Il contiendrait un os du bras du saint. La main effectue un signe qui est à la fois une bénédiction et un Signe d’Ordre concernant l’Initiation du Chevalier (tout cela avec des tas de majuscules !) “Par ce signe tu vaincras” C’est, après l’accolade (la colade ou la colée) le signe qu’effectue au dessus de la tête du chevalier agenouillé celui qui l’adoube en prononçant ces paroles

“Par Dieu, Par Saint Georges et par Saint Michel, je te fais chevalier ! Sois vaillant, loyal et courageux”.

On retrouvera ce signe dans divers ordres chevaleresques puis dans des sociétés initiatiques et jusque chez les Scouts. En Chine c’est “L’Homme immortel indiquant la Voie” et c’est une des manières essentielles de tenir l’épée droite. Rien à voir avec le geste imbécile que font les Amis-Requins qui se désignent l’un l’autre en brandissant deux doigts et qui représente un colt ! “Dieu a créé les Hommes Samuel Colt mes a rendus égaux !” On a la chevalerie qu’on peut.

Les églises de Belloy en France, dans le Val d’Oise, et de Saint Georges de Chesné, en Ile et Vilaine possèdent également un reliquaire du Saint. D’importantes reliques, dont un morceau de tunique tachée de son sang, furent rapportées de Terre Sainte en 1390 par Philibert de Molans qui créera la Confrérie des Chevaliers de Saint Georges mais elles furent dispersées lorsque cet ordre éclata à la Révolution pour se reconstituer, plus tard sous une autre forme qui ne requérait plus les seize quartiers de noblesse pour l’admission au plus bas grade.

Il est donc difficile pour la plupart des croyants d’imaginer que ce Saint n’a aucune existence historique comme l’a prétendu le Vatican au début des années soixante. Il semble, par contre, que les origines de ce Saint, qu’on pourrait qualifier actuellement d’apatride, voire de sans-papier, dérangent quelque peu les hiérarchies et, surtout, la diplomatie du Saint Siège qui tient, avant tout, à éviter les vagues et même les vaguelettes dans le Moyen Orient.

Eglise Saint Georges à Lydda en 1900

L’Eglise de Saint Georges contenant sa tombe à Lydda en Palestine en 1900 Avec le fameux palmier de “retour de Terre Sainte” qu’on retrouve sur de nombreuses armoireries occidentales parfois accouplé avec un crocodile évoquant le Nil dont l’Egypte ! On retrouve cette armoiries particulière à la Ville de Nimes ou Col Nem signifie Colonia Nemausus (Colonie Nimoise) et qui évoque la soumission de l’Egypte à Rome ! Rome est symbolisée par la couronne de laurier (baccalaureat – baie de laurier – ou couronne des vainqueurs – Porteurs de Victoire donc tropéophore, comme Saint Georges) mais le palmier évoque la Terre Sainte. Il est de plus sur fond de gueules (rouge) donc sur une conquête militaire mais sur plaine de sinople (vert) évoquant la Palestine.

Armes de Nimes

Les Armes de la Ville de Nimes Ce n’est pas un Dragon mais un crocodile, c’est caïman la même chose !

De gueules, à un palmier de sinople au tronc duquel est attaché avec une chaîne d’or un crocodile passant de sinople et une couronne de laurier d’or, liée d’un ruban de même posée au premier canton du chef.

Eglise Saint Georges à Lod

Elle est devenue l’Eglise Saint Georges à Lod en Israël Elle se situe tout près de l’aéroport international Ben Gourion. Elle est toujours très visitée malgré de nombreuses contraintes de “sécurité”

Le fait que la ville palestinienne de Lydda soit devenue, par la force des choses, la ville israélienne de Lod ne facilite pas les choses puisque les Palestiniens se considèrent comme occupés et ont fait de Saint Georges un conscrit enrôlé de force, ce qui n’est peut-être pas tout à fait le cas, et donc un résistant à cette occupation en confondant sympathiquement Rome et Israël. L’église Saint Georges de Lod contient toujours le tombeau et est toujours visitée par de nombreux pèlerins, souvent des Orthodoxes Grecs, auxquels les autorités israéliennes ne facilitent pas la tâche en imposant, pour des raisons de sécurité, elle se trouve à proximité de l’aéroport international Ben Gourion, des horaires très contraignants et des contrôles interminables.

Entrée de l'Eglise Saint Georges à Lod

Entrée de l’Eglise Saint Georges de Lod en Israel L’Eglise est sous la garde de prêtres orthodoxes grecs

Tombeau de Saint Georges à Lod

Le Tombeau de Saint Georges à Lod qui est censé renfermer son crâne et un fragment de sa lance Ascalon forgée à Ashkelon, non loin, en Terre sainte, avec un morceau de météorite nommée “Pierre Noire de Al Khader”.

Icone de Lydda

Icone de Saint Georges du Trésor de l’Eglise de Lydda ou Lod évoquant les épisodes de la vie du Saint et, particulièrement, son combat victorieux contre le Dragon.

Suivant une tradition locale son cheval blanc se nomme Yannoub ou Yanaib “Diamant”.

Saint Geordes à Al Khader avec le Dragon

Eglise de Al Khader Fresque murale ou Saint Georges triomphe du Dragon Au loin Jérusalem.

Al Khadre Saint Georges

Autre fresque murale décrivant la mort de Saint Georges le 23 avril 303.

Près de Bethlehem la petite ville de Al Khader, ou El Khadr, possède également une église de Saint Georges avec des fresque anciennes relatant la vie du Saint et son exécution. Elle est tous les ans le motif d’une grande fête populaire, la fête de Mar Elias, où le saint est honoré par une procession où se mêlent, parfois, les chrétiens honorant Jergis et les musulmans vénérant Khodr.

Saint Georges en Palestine

Statue de Saint Georges à l’entrée de la petite ville de Taybeh non loin de Bethlehem et qui revendique aussi la protection de Saint Georges alias Jergis ou Khodr. Pour faire assez bref une partie des musulmans honorent Saint Georges, sous le nom de Al Khodr ou Al Khader qui signifie “Le Grand” mais aussi “Le Vert” qui représente la force, le courage et la fertilité et auquel, on ne sait trop pourquoi on a, aussi, donné le titre de “Chevalier de Bagdad”.

Mais assez récemment d’autre Musulmans ont mis en avant cette affaire d’apparition de Saint Georges en armure de croisé juste avant la prise de Jérusalem et le grand gargouil qui s’en suivit ce qui a fini par jeter une suspicion sérieuse sur sa neutralité bienveillante. C’est probablement pour cela qu’un de ses tombeaux, au Caire, qui contient également l’une de ses reliques, a été débaptisé en El Gawhari.

Tombe de El Gawhari au Caire

La tombe de El Gawhari au Caire. Elle se situe près du Monastère de Saint Georges. Un type né en Turquie orientale mais de nationalité grecque sous une autorité romaine issu d’une mère palestinienne dont le tombeau se trouve désormais en Israël et qui passe pour être un résistant à l’occupation tout en ayant un pied dans deux camps, sinon trois, puisqu’il a pris fait et cause pour les croisés, donc les Francs, et qui, pendant ses loisirs, extermine des dragons et qui, de plus, est le Saint Patron d’un pays où sévit l’Eglise Anglicane, passons sur la cavalerie, l’arme blindée, les Russes et les Boys Scouts, n’est pas très facile à gérer du Vatican. Saint Michel pose moins de problème : il exécute les ordres. Point. Comme les Paras.

Saint Georges en Occident

Si Saint Georges est honoré sous plusieurs noms en Orient, Jergis ou Khodr, il en va de même en Occident où c’est l’un des prénoms les plus traduit, donc intégré. En Allemagne c’est Georg ou Jurgen En Angleterre et dans tous les pays anglo-saxons c’est George, au singulier, donc sans le s. Aux USA geo (diminutif) En Espagne c’est Jorge. En Italie Georgio ou Iorio (Sud). En Grèce Georgios. En Pologne Jerzy. En Russie Yuri. En Ukraine Youri. En Catalogne Jordi. Au Danemark Jorgen En Suède Goran En Finlande Yggo ou Yrjo En Hongrie Gyorgy En Lituanie Jurgis En Holande Sjors ou Goris En Slovaquie Joraz ou Juraj Au Pays Basque Gorka En Bretagne Jord

En Angleterre il est le Saint Patron qui a remplacé Edouard le Confesseur depuis la création de l’Ordre de la Jarretière (Honni Soit qui Mal y Pense ) par Edouard III en 1348.

Ordre de la Jarretière

Ordre de la Jarretière – Order of th Garter C’est la devise de la Royauté en Angleterre

Il est le Saint Patron de la Russie, de la Serbie, de la Bulgarie, de la Georgie. Il veille sur les Provinces de Bourgogne, d’Aragon et de Catalogne et sur les villes de Barcelone mais aussi de Gènes et de Venise. Il est le Saint Patron de la Cavalerie, de l’Arme Blindée, des Scouts et fut celui de l’Ordre du Temple et des Chevaliers Teutoniques ainsi que des Croisés. Il est aussi le Saint Patron de Gibraltar

Anniversaire de Saint Georges à Gibraltar

1700 eme anniversaire de Saint Georges à Gibraltar soit 303 et 2003 !

Il est présent dans de nombreux ordres, confréries, décorations, régiments…

Crosse de Saint Georges

Crosse d’Evêque en cuivre émaillé XIIe siècle Saint Georges est à pied armée de l’Epée Ascalon et protégé par un bouclier de type normand ou roman portant la croix. La vierge Alcyone fille du roi de Béryte est représentée liée à un arbre ou à une colonne. C’était l’époque où Saint Georges était encore et plus que jamais en odeur de sainteté ! Le Dragon représente le mécréant et la vierge la chrétienté prise en otage à Jérulalem.

Crosse de Saint Georges

Détail de Saint Georges de la crosse précédente faisant taire le Dragon Il est en tenue de croisé et son casque forme une auréole.

Saint Georges et Dragon

Bas relief de la Cathédrale de Rouen. Saint Georges y est représenté non plus comme un romain ou un chevalier mais comme un croquant ou un vilain et l’Epée Ascalon est devenu un poignard. Probablement pour des motifs bien compréhensibles d’identification à la majorité de la population normande de l’époque. Mais il est quand même chaussé. C’est un Saint Georges coppegueule. En haut on retrouve deux rats en bas deux salamandres ou trytons. Georges lui coupe la langue et lui tord une oreille. Le Dragon est un dragon “classique” car il possède une seule paire de pattes puisqu’il a des ailes. XIIeme siècle

Saint Michel et le Dragon

Crosse d’Archevêque avec non pas Saint Georges mais Saint Michel puisqu’il est ailé. Saint Michel a l’air de surfer sur un dragon de facture nordique. Crosse en cuivre ciselé. Orfévrerie XIIIe siècle.

Saint Georges en Italie

Saint Georges arborant une armure à croix rouge évoquant celle des Croisés. Il est à l’effigie de Laurent le Magnifique (1449 1469) . En arrière toujours la vierge Alcyone qui représente la chrétienté et, probablement, Jésuralem. Italie XV eme siècle.

Saint Georges

Un Saint Georges “romantique” XXeme de style presque “Manga” La Croix de Saint Georges est disparue

Saint Georges

Un Saint Georges “debout” et quelque peu androgyne, comme le Prince Valiant (ou Vaillant) de la BD US, évoquant Jeanne d’Arc (XXe) C’est le talon de la lance qui cloue le bec du Dragon

St Georges Sekou Toure

Sekou Touré en Saint Georges terrassant le colonialisme

Adolf et Saint Georges

Adolf part en croisade affiche officielle et sa caricature. La Croix de Saint Georges sur cette affiche est devenue la croix crampée (cramponnée ou à crampons) car, en héraldique, la croix gammée tourne dans l’autre sens. Il s’agit donc ici de la sausvastika (qui s’oppose à la naissance de la lumière donc croix des ténèbres) et non de la Svastika qui tourne dans le sens dextre et qui est la croix bouddhique “engendrant la lumière ” (Shen Ming en chinois).

Svasti c’est donner naissance, engendrer et Ka la lumière. Sau c’est s’opposer. Sausvastika c’est la croix qui s’oppose à la lumière et elle tourne dans le sens senestrogyre ou lévogyre. Svastika et Sausvastika sont allégement confondues. La Svastika c’est la Croix gammée donc la croix de la Lumière utilisée dans le Bouddhisme. La Sausvastika c’est la croix crampée ou cramponnée utilisée par les nazis. C’est juste une question de bon sens.

Saint Georges Wiliam Stout

Saint Georges et le Dragon vert par W. Stout

Saint Georges par Juan Cole

Saint Georges par Juan Cole

St Georges James Jean

Saint Georges étrangement accompagné d’un Tigre Blanc et qui défait le Dragon Vert par James Jean

Saint Georges par Meseldzija

Saint Georges par Meseldzija

Croix de Saint George

Saint George Cross – La Croix Noire de Saint Georges – Qui est l’une des plus hautes distinctions britanniques, ou du moins la plus rarement décernée, destinée à récompenser des civils pour un acte d’un extrême courage. Elle a été créée par le Roi George le 24 septembre 1940 et à ce jour 160 croix noires ont été décernées dont 86 à titre posthume. Notez qu’en anglais Georges s’écrit George donc au singulier. En France George, sans le s, est un prénom devenu féminin grâce à George Sand.

Crois de Saint Georges Russie

Croix de Saint Georges – Russie L’Ordre a été fondé en 1789 par Catherine II, supprimé par Lénine en 1918 et restauré en 1994 par Boris Eltsine.

Ordre des Chevaliers de Saint Georges

Croix des Chevaliers de l’Ordre de Saint Georges XXe siècle C’est un très ancien ordre qui n’acceptait que des impétrants ayant au moins seize quartiers de noblesse. Dissous à la révolution il a été reconstitué mais sous d’autres critères moins contraignants.

Apocalypse Bête Dtagon

Pas de Saint Georges mais une Sainte Vierge affrontant la Bête de l’Apocalypse. En haut et à gauche l’Arche d’Alliance. Dieu le Père bénissant l’enfant Jésus, entre deux Chérubins, avec le signe des chevaliers “Par ce signe tu vaincras !” que l’on retrouve sur le bras reliquaire de Saint Georges. Deux archanges ailés viennent à la rescousse. La Vierge couronnée domine le Croissant. La représentation allégorique donne une idée de la place du Dragon, ou de la Bête, dans l’inconscient collectif occidental. Le croissant représente évidemment les forces occultes.

Bebemoth

Une représentation allégorique de la démonologie occidentale avec le Démon Bébémoth en vedette. Le Dragon n’est pas loin.

Dragon de Blageul

Représentation héraldique du Dragon “classique” avec des ailes et une seule paire de pattes. Il crache du feu.

Dragon ailé

Le Dragon dans une allégorie alchimique Il représente souvent “l’Oeuvre au Vert” et la régénération. Ce n’est pas un hasard si Saint Michel est l’anagramme d’Alchimiste et si Saint Georges, littéralement Geos (Terre) Orgos (Orge), signifie celui qui laboure la terre, donc le laboureur mais surtout le labourant qui est celui qui se livre à une oeuvre alchimique. Saint Michel représente l’Alchimie Latine rapide et sêche (Solve Coagula)> Saint Georges représente l’Alchimie (alchymie ou phylosophie) Grecque ou Spagyrie (de Spagus Agueiren – disperser concentrer ) lente et humide.

Rappelons aussi que le fameux Mont Saint Michel et son pendant le Mont Tombe au IXeme siècle émergeaient de la forêt et que lorsque la mer envahit peu à peu le lieu saint on cria à la catastrophe et on fit maints pèlerinages pour que la mer, cette intruse, se retire. Lorsqu’on dit “Il conviendrait de rendre au Mont Saint Michel son aspect originel” il conviendrait alors de replanter des arbres. Et surtout de virer toute la pâtisserie scandaleuse de ce criminel contre l’Art qu’est Violet-le-Duc. Mais contentons nous de faire avec et, surtout, de ne rien dire !

Hecule Saint Georges

Un Hercule en Saint Georges chassant le Dragon, pardon l’Hydre de Lerne. Mais, normalement, l’Hydre de Lerne a sept têtes qui repoussent après avoir été coupées. Hercule est revêtu de la peau du Lion de Némée.

Le génial Citoyen Charles François Dupuis, Membre de l’Institut, dans son monumental “Origine de tous les Cultes” (16 volumes) ou, plus pratiquement dans son “Abrégé de l’Origine de tous les cultes” (1822) décortique le mythe d’Hercule, et bien d’autres, en expliquant que c’est simplement la métaphore du soleil passant, au cours de l’année, dans les diverses constellations (Lion, Taureau, Vierge…) et que l’Hydre de Lerne, normalement à sept têtes, est la constellation du Dragon (Draco ou Drago). Dans me même ouvrage il publie des planches très précises du fameux Zodiaque de Denderah que Bonaparte avait ramené d’Egypte et qui est toujours enfermé dans des caisses des réserves du Louvres alors qu’il s’agit de l’équivalent de la Pierre de Rosette qui permit la transcription puis la traduction des hiéroglyphes.

Lorsqu’au Musée Guimet vous visitez la bibliothèque de Emile Guimet (1836 1918) telle qu’il l’a lui-même conçue le premier ouvrage à portée des yeux et de la main droite lorsque vous entrez est “L’abrégé de l’origine de tous les cultes”.

Mais c’est le fait d’un simple hasard. Quand le hasard fait bien les choses. Demandez vous pourquoi le tombeau d’Isis se trouve sous le parvis de la Cathédrale Notre Dame; que cela a été un fait vérifiable et avéré à une époque, juste après les travaux du parking mais que plus personne n’est désormais au courant. Quel tombeau d’Isis ? Vous devez faire erreur, jamais entendu parler. Il y a un moment il suffisait pourtant de prendre une place de parking, d’amener la voiture en face des grilles, de mettre les phares, de descendre de voiture et de contempler le tombeau sur lequel était simplement inscrit ISIS. Depuis cela a été muré.

Dragon Yin Yang

Deux amoureux qui se bécottent sur un banc public avec un étrange dragon en forme de Taiji. Il est également “classique” une paire d’ailes une paire de pattes. Pour le reste on ne sait pas. Manuscrit d’amour courtois XIIIe siècle

Dragon occidental

Un Dragon voilé et classique probablement du à un élève de Léonard de Vinci Italie XVIeme

Saint Georges Normand

Le Saint Georges Normand ou Roman de l’Eglise de la Sainte Croix à Bordeaux près du Conservatoire. Saint Georges est représenté en cavalier de type normand (heaume, cotte de maille, bouclier) et fait taire le Dragon. Alcyone est représentée en habit de dame. XIIe siècle.

Saint Meen

Ce n’est pas Saint Georges mais Saint Méen ou, excusez, Conard-Méen qui dompte le Dragon. Dans la Langue d’Oc Conard est un nom d’origine Ibère et n’a aucune connotation péjorative. Actuellement on évite de l’employer. De même, dans la même région de Haute Loire, le Conte d’Apchier a préféré transformer son patronyme en Apcher. Le Conte de Morangias ou Morangiès avait, à la cour du Roi Louis XV le surnom de “Langue d’Or” à cause se son beau parler et de son accent du Langue d’Oc.

Dragon de Saint Meen

Le petit dragon apprivoisé de Saint Méen. Il n’a pas l’air franchement très redoutable le bestio. Place de l’Eglise de Saint Léger du Malzieu

Dragon gargouille de Eu

Un dragon-gargouille sur la Place Guillaume le Conquérant à Eu

Saint Georges et le DRagon

Plan pour un Dragon d’Artifice qui allait être la pièce maîtresse d’une scène mettant, à Versailles, en oeuvre Saint Georges, donc le Roi, et le Dragon. Le dragon se devait de lancer moult étincelles de par tous les orifices !

Saint Georges et Dragon

L’image de la scène avec feux d’artifices mettant en scène de Dragon et Saint Georges. Le Roi Louis XVI devait tenir le rôle du Chevalier mais, en raison des artifices, on lui déconseilla vivement. La scène bien que prévue n’eut donc jamais lieu.

Les Grands Vins n’échappent pas non plus à l’appelation Saint Georges !

Vin Esprtit du Chevalier

L’Esprit de Chevalier – Pessac Léognan 2000

La Crois Saint Georges

Chateau La Croix Saint Georges Saint Georges Saint Emilion 2001

Saint Georges

Nuits Saint Georges – Les Chaignots – 1995

Chateau Saint Georges

Chateau Saint Georges – Saint Georges Saint Emilion 2005

St Georges en émail

Saint Georges en émail – Emaillerie Claude et Mady Michel 26700 LA GARDE ADHEMAR

Saint Georges

Georges (Jordane, Youri) Martyr en Palestine IVe siècle 23 avril Lavés de la crasse du péché et transfigurés par l’éclat d’une vie nouvelle célébrons dignement memystère pascal et suivons l’exemple des bienheureux martyrs Saint Pierre Damien Image religieuse Atelier Saint André Editions MEDIASPOL PARIS

Médaille de Saint Georges

Une médaille porte bonheur à l’efficie du Saint

Porte clé Saint Georges

Un porte clé porte bonheur à l’effigie du Saint

Saint Georges médaillon

Médaille protectrice avec la tête de Saint Georges de facture romantique. Le dos de la médaille comporte les armes du Saint, sa lance et son épée. Coll. GC