Défilé du Nouvel An Chinois du Cheval de Bois à Paris : 2014

“Le cheval c’est dangereux devant, dangereux derrière et inconfortable au milieu ”
Sir Winston Churchill

 

“A horse ! a horse ! My kingdom for a horse ! ” Acte V scène V Richard III by Shakespeare
“Un cheval ! Un cheval ! Mon royaume pour un cheval”

Cheval de Bois à Macao

L’arrivée au grand galop du Cheval de Bois à Macao – Photo Xavier Garnier

Défilé du Nouvel An chinois du Cheval de Bois à Paris XIII

Depuis désormais quelques années le Défilé du Nouvel An Chinois, ou Asiatique, est un incontournable événement qui regroupe plusieurs dizaines de milliers de personnes dans le Treizième Arrondissement.

C’est le moment privilégié de découvrir les communautés asiatiques habituellement très discrètes et leurs associations représentatives qui se retrouvent dans une fête très animée et très colorée au sons des tambours, des cymbales et surtout des pétards. Pas de célébration festive en Asie sans la présence de ces milliers de petits explosifs qui, au dires des anciens, font fuir les mauvais esprits, les Guai (Kwai). Il est vrai que les Occidentaux blancs étaient jadis, il vaut mieux le dire comme ça, considérés comme des Guailo (alias “mecs fantômes” donc perturbateurs de l’énergie), alors que les Africains et Américains noirs étaient (…)considérés comme Hakguai (les mêmes en noir) et les nanas non asiatiques en Guai tout court. Et que tout ce petit monde des guai, quelle que soit leur couleur, déteste les pétards. Sauf, évidemment celles et ceux qui pratiquent le Gongfu (Kung-Fu) et qui mangent plus de deux fois par mois au resto asiatique ! Au bout de dix ans ils deviennent des Guai fréquentables ou du moins acceptables.

Quoi qu’il en soit la Communauté est fière, chaque année, de présenter un énorme défilé ou chacun est représenté, la Chine, évidemment mais également sa diaspora ainsi, principalement, que ce que l’on nommait, jadis, l’Indochine (Dông Duong Thuoc Phap) à savoir Le Vietnam, donc le Tonkin, L’Annam et la Cochinchine, (qui possède son propre Jour de l’An, le Têt, ou mieux le Têt Nguyen Dan, qui a eu lieu cette année le 31 janvier), Le Laos, le Cambodge et le comptoir de Guangzhou (Kouang Tcheou Wan), situé à l’Ouest du Guangdong sur la péninsule de Leizhou, en Chine. Depuis peu, également des communautés asiatiques issues de Singapour, la “Ville du Lion – Singha Poura ” (Xinjiapo en chinois !), de Hong Kong (Xianggang ou Hsiang Kang – Le Port des Parfums ), du Sri Lanka (Ceylan), principalement les Tamouls ainsi que de Malaisie et d’Indonésie. Les Japonais ayant tendance à surjouer la discrétion pour ne pas attiser de vieilles rancoeurs chinoises et indochinoises.

Tout le monde se retrouve donc sur l’alsphate de ce qu’il est convenu de nommer “Le Triangle d’Or du Chinatown Parisien” à savoir l’avenue d’Ivry, l’avenue de Choisy et le Boulevard Massena. Le défilé commence vers 13H00 et se termine vers 17H00 et attire non seulement la Communauté mais de très nombreux parisiens et banlieusards ainsi que de plus en plus de touristes provinciaux et étrangers, ce qui pose, par ailleurs, d’importants problèmes de circulation. La sécurité est assurée pas la Communauté et par le renfort de policiers en uniforme et en civil et vu le nombre de participants et de spectateurs il est à remarquer que tout se passe fort bien et sans le moindre débordement. Le seul problème, en somme, est de pouvoir se restaurer sur place car pas mal d’employés et de patrons participent au défilé ou à ses alentours et que le fait de piétiner donne faim. Le Nouvel An Chinois n’est le moment le plus favorable pour se faire un resto entre amis ! Mais il est réellement devenu un incontournable événement parisien et, probablement, celui qui attire le plus de monde.

Il faut toujours rappeler que le 13e était le seul arrondissement parisien ne comportant aucun monument historique classé, si on excepte la modeste Butte au Cailles qui était simplement inscrite à l’inventaire. Donc considéré comme très défavorisé, la seule curiosité étant les fameux fortifs, ou glacis fortifiés qui devaient défendre Paris ! L’implantation de la Communauté Asiatique, et son dynamisme, en fait désormais l’un des arrondissements les plus fréquentés pour sa restauration, dont le chiffre d’affaire chaque WE n’a rien à envier aux Champs Elysées ou aux Grands Boulevards. Si Belleville connaît quelques problèmes de sécurité, avec des agressions visant notamment les asiatiques, le 13e a su s’organiser. Les problèmes sont mauvais pour les affaires, de ce fait c’est l’un des rares arrondissements où, à n’importe quelle heure, on peut encore se balader sans risque. C’est aux alentours du défilé, justement, qu’on repère pas mal de “gros bras” bien trapus en blousons de cuir et lunettes sombres qu’on ne croise pas trop habituellement dans le quartier mais qui veillent au bon grain.

Traditionnellement, bien qu’on ne puisse pas le dire même officieusement, ce sont aussi les Ecoles de Kung-Fu qui assurent, bénévolement, la sécurité de pas mal de commerces. En Chine, particulièrement à Hong Kong, le Défilé du Nouvel an et les Danses du Dragon et du Lion permettaient de venir récolter un peu de “salade verte” (des dollars !) pour celles et ceux qui, justement, étaient chargés de cette protection discrète. Ceci dit pas mal de jeunes qui assurent le service dans les restaurants pratiquent soit le Kung-Fu, soit la Boxe Thaï, cambodgienne ou laotienne sinon la Danse du Lion, ce qui revient au même !

défilé du Nouvel An du Cheval

Voici l’arrivée très attendue du Cheval de Bois, très conventionnel !

Dragon du Défilé Chinois Paris XIII 2014

Et de l’incontournable Dragon sans lequel une fête asiatique ne serait pas ce qu’elle est.

Empereur du Nord

Le très énigmatique Bei Di ou Pak Tai, l’Empereur du Nord, qui est une importante divinité taoïste très populaire, c’est le Dieu des Eaux mais symboliquement, aussi, celui de la richesse car il apporte du “liquide” et comme chacun le sait un peu de liquide favorise les transactions commerciales et, même, fluidifie les relations sociales ! On le reconnaît à son Drapeau Noir, qui, contrairement en Occident, ne flotte pas sur la marmite. Il est, évidemment, de la couleur du seul métal qui vaille le coup, surtout à Hong Kong : l’Or Difficile de se passer de lui dans un défilé sérieux !

Autel aux oranges

Un petit Autel-Offrande sur l’avenue de Choisy : quelques oranges mandarines et des bâtons d’encens. Le tout sur du papier Vichy. C’est ça l’intégration !

Danse du lion

L’orchestre de la Danse du Lion : des cymbales et des tambours !

Danse des lions Paris XIII

Et voici les Lions ! Cette année ils ont encore fait des petits !

Danse du Lion

Et Hop ! Une exhibition avec un Lion de Feu !
Contrairement aux apparences, c’est pas du Kawai Yi (alias Kawaï = culcul ou nunuche !)

Danse des Lions Les Gardiens du Bouddha

Deux “Gardiens du Bouddha” entre des bols impériaux. Coll. GC

Les Lions (Shizi) chinois dont nommés “Chen Fo” littéralement les “Gardiens du Bouddha” ce qui se prononce comme “pacification” (Calme et Paix, donc “Quiétude”). Lorsque les Occidentaux ont entendu ce terme ils en ont déduit qu’il s’agissait de “Chiens Fous” et il leur est resté chez les antiquaires, un peu comme le Pou Sao, divinité taoïste retapée bouddhiste (Happy Bouddha), est devenu le Poussah ou comme une autre divinité Ma Gou est devenue le Magot (“Les deux Magots” !). Les fameux Chiens Fous (souvent une paire de chiens fous) sont donc simplement les Lions Gardiens du Bouddha, et par extension des Temples puis des temples de la gastronomie à savoir les restos classe.

En grans modèle ils ont une pierre ronde dans la gueule et il convient de la faire rouler afin d’éviter les problèmes dentaires. A force de faire rouler la pierre (qui n’amasse pas mousse !) elle rétrécit et, ainsi, celui qui peut s’en saisir devient riche dans l’année ! Mais il faut mettre la main dans la gueule du lion. Ce qui implique, symboliquement, que lorsqu’on veut gagner du pognon (et vite en général !) il faut quand même savoir se mouiller un peu et même prendre des risques. Mais surtout qu’on peut passer à côté de bonne affaires sans s’en rendre compte car peu de monde sait que la gueule d’un lion de pierre contient cette clé qu’il faut savoir bouger.

La danse du Lion était un divertissement immémorial à la Cour Impériale, mais, les “Lions à tête plate” ne constituaient qu’une danse fort courtoise représentant de féroces animaux venus faire allégeance à l’Empereur. A l’instar des “Cinq Tigres” du Vietnam ils représentaient également les Cinq Couleurs, donc Jaune, Blanc, Noir, Vert, Rouge qui représentaient les Cinq Orients (avec le jaune pour Centre, donc l’Empereur !) et les Cinq Eléments. Lors de la conquête du Sud de la Chine par les troupes Qing, celles et ceux qui demeuraient fidèles aux Ming, donc au Chinois présumés Han, se regroupèrent dans des sociétés secrètes favorables à la rébellion ou du moins à la résistance contre l’envahisseur.

Traditionnellement les Cinq Ecoles issues de Shaolin du Sud (Nan Shaolin Shi Pai) à savoir Hung Gar, Chow Gar (ou Mo Gar), Li Gar, Liu Gar, Choi Gar représentèrent le fer de lance de la rebellion. La pratique des arts de combat, du Kung-fu Wushu, ayant été interdit après la destruction du Monastère de Shaolin du Fujian, le Julianshan, les pratiquants imaginèrent de s’entraîner au nez et à la barbe des autorités en utilisant le stratagème des Danses du Dragon et surtout des Lions.

Sous l’apparence anodine d’une danse folklorique (Ils sont bien ces petits jeunes !) il était donc possible de s’entraîner à des pratiques de combat redoutables et même d’organiser des rencontres entre écoles, rencontres très viriles, sans que quiconque ne puisse déceler la présence d’un art de combat. Il convenait évidemment de ne pas se blesser sérieusement afin d’éviter d’attirer l’attention de la maréchaussée mandchoue qui ne voyait là dedans, bien évidemment, qu’un amusement puéril.

Et la tradition est demeurée puisque les Ecoles du Sud, notamment Choi Lee Fut (Cailifo) pratiquent toujours dans danse du lion dans une optique “martiale” et qu’il suffirait de retirer brusquement le lion (ce qui est fortement déconseillé !) pour constater que ce n’est pas de la rigolade mais bien du Kung-Fu à haut niveau. Le nombre de Lions et leur performance indique évidemment la bonne santé de la pratique et de ses pratiquants qui, par ailleurs, s’entraînent rudement toute l’année pour offrir un spectacle qui ravit toujours les connaisseurs ! Et ils savent qu’il y en a.

Danse du Lion

Danse du Lion. Toujours le Lion de Feu ! Mais à côté d’un Empereur de Jade.

Danse du Lion

Le Lion s’est levé ! Oeil martial !

Le Lion Jaune (donc aussi le Lion de Feu !) représente l’Empereur Liu Bei.
Le Lion Rouge c’est le fameux Général Guanyu (Kwan Yu)
Le Lion Noir c’est le Général en second Zhang Fei
On dit qu’il y a trois catégories principales de Lions, la première provient de la Montagne Foshan et s’est installée dans la ville du même nom, près de Canton. La seconde provient de la Montagne du Bouddha (Fat San) et la troisième de la Montagne de la Grue (Hok San). Cette dernière est plus habituelle des communautés des Philippines et de l’Indochine.

Danse du Lion

La relève est assurée chez les Petits Lions !

Dragon et Lion sur Olympiades Paris XIII

La rencontre d’un Dragon et d’un Lion sur fond des Olympiades !

Les lampions du XIIIe

Une Fête asiatique n’existerait pas, non plus, sans ses lampions !

Cheval du Nouvel An

Et revoici un fier cavalier sur son fringuant destrier blanc !

Cheval du Nouvel An

Et un autre char et le Cheval, toujours très classique !

Dragon du Nouvel An

Et notre vieil ami le Dragon qui, lui, est présent à chaque défilé !
Il ne se défile pas.

Dragon du Nouvel An

Et encore du Dragon, on ne l’oublie jamais !

Bonne Année !

Et, c’est plus rare, un drapeau chinois bilingue !
La communication semble vouloir mieux s’établir entre les Communautés.

Npivel An Chinois Paris XIII

L’Empereur Noir refait un petit tour et distribue quelques friandises.
Le tronc est également bilingue !

Drapeaux Paris XIIIe Le Nouvel An Chinois

Les Drapeaux clôturent le défilé, comme il se doit. Respect !
La Chine, la France, l’Europe. La Communauté.

Béatrice Pham Vam et le Lion Noir

Notre Amie et pratiquante des Arts Classiques du Tao, “Béa”, Béatrice Pham Vam.

Au niveau de l’Ecole San Yiquan c’est ce qu’on nomme une “Ancienne”, donc une pratiquante confirmée et qui pourrait fort bien enseigner. Elle est également intervenante au sein de l’Association Franco-chinoise Pierre Ducerf, fondée en 1993 et qui a, principalement pour but, la “médiation sociale interculturelle” Cette Association a pour objet de faciliter l’intégration en créant des passerelles et des liens entre la population chinoise et le milieu environnant français institutionnel et non-institutionnel. Son siège social est dans le 3eme arrondissement. A l’origine l’Association regroupait principalement des immigrés venus du Zhejiang, dans le sud de la Chine et plus particulièrement de la ville de Qingtian et du port de Whenzhou.
Les “Wenzhou” furent historiquement les premiers Chinois à s’installer en France, particulièrement dans le 3eme Arrondissement (Rue au Maire…) et autour de la Gare de Lyon dans ce qu’on nommait l’Ilôt Châlon qui a été rasé pour construire la gare TGV.

Cette immigration date de la fin de la première guerre mondiale. Les Chaozhou, issus d’une autre ville du Sud de la Chine constituèrent, peu après, une seconde vague d’immigration. Mais qui est donc ce très illustre Pierre Ducerf ?
Qingtian est un district réputé dans toute la Chine pour ses pierres et ses figurines en pierre, d’où le prénom tandis que le symbole du Port de Wenzhou est le Cerf (Lu) d’où le nom. Il fallait le faire !
Pour le lien avec le site Cliquer ici

Martine Charles et le Lion Noir

Martine Charles, également en compagnie du Lion Noir.

C’est la Vice Présidente en titre de l’Institut des Arts Martiaux Chinois Traditionnels
I.D.A.M.C.T. qui est une association culturelle et socio-éducative fondée en 1978 et dont le siège social était 7, rue Fernand Widal dans le Treizième arrondissement (nouvelle adresse : IDAMCT, 38, rue Dunois, 75647 PARIS CEDEX 13).

Cette association a pour but de faire connaître, et surtout de faire pratiquer, ce que l’on nomme en son sein “Les Arts Classiques du Tao”, Kung-Fu Wushu, Taijiquan, Xingyiquan, Daoyin Qigong, armes chinoises traditionnelles (Bâton, Epée, Sabre, Eventail de Fer, Lance, Hallebarde, Fléaux, Cymbales et autres outils agraires de la plaine et de la rizière). Son action consiste, principalement, en tant qu’Association Mandataire de la Convention des Arts Classiques du Tao, à regrouper plus de soixante associations réparties en France Métro mais également dans les DOM TOM ainsi que des Ecoles présentes en Chine, au Brésil, au Québec et dans la CEE (particulièrement en Italie avec Taoyinitalia).

Cette Association entretient des relations favorisées avec des Ecoles Chinoises telles que le Meihuazhuang du Maître Yan et la Confrérie du Xingyiquan du Hebei à Shenzhou animée par le Shefu Zhang Qinlin. Elle intervient également en tant que conseil d’expertise au sein de plusieurs entreprises concernant les pratiques de bien-être et de santé-prévention, notamment AG2R La Mondiale Prémalliance. Notre association entre cette année dans sa trente-septième saison et organise, comme chaque année, de nombreux stages de WE et plusieurs stages d’Eté.

Les parents de Martine vivent dans le treizième depuis plus de soixante ans !

Et c’est dans cet arrondissement qu’elle a commencé sa pratique du Kung-Fu Wushu et du Tao-Yin Qigong à la fin des années soixante-dix. Voilà ce qu’on peut appeler une certaine expérience en la matière.