Contenu du stage de Paulhac en Margeride
Qigong du Tao (Tao-Yin)
Arts Classiques du Tao

PERFECTIONNEMENT ET MASTER-CLASS

Le Stage de Perfectionnement de Paulhac en Margeride permet à celles et ceux qui ont suivi le premier stage, et aux pratiquants et enseignants, de pénètrer le coeur de la pratique et de ses applications énergétiques, chevaleresques et symboliques. Il permet également de se retrouver entre pratiquants et enseignants afin de parfaire la pratique de l’Ecole San Yiquan.

Il met donc en oeuvre les diverses constituantes de l’Ecole San Yiquan Cette Ecole est désormais reconnue en Chine comme faisant partie du patrimoine historique et culturel et Georges Charles, le Chef d’Ecole (Shengren Daoshi) comme le successeur direct et en titre de la filiation du Xingyiquan de la Branche du Hebei en cinquième génération directe. Or le Xingyiquan est avec le Taijiquan et le Baguazhang l’un des trois principaux Arts du Poing de l’Interne, donc la composante principale des Arts Chevaleresques, dits « martiaux » de la Chine.

  • Perfectionnement dans l’art du Qigong du Tao (Tao-Yin Qigong ou Daoyin) du Ling Pao Ming
  • Perfectionnement dans l’art du Xingyiquan de l’Ecole San Yiquan
  • Perfectionnement dans l’art des pratiques d’armes (bâton, épée, éventail, sabre)
  • Perfectionnement dans l’Art du Poing Externe (Hung Gar, Tang Lang, Wing Chun)
  • Initiation à l’Alchimie Interne des praticiens du Tao (Tao Jiao Nei Dan Gong)

Panorama Paulhac en Margeride

Programme du stage de perfectionnement ou Master Class

STAGE DE PERFECTIONNEMENT

Avec Georges CHARLES Fondateur des Arts Classiques du Tao. Georges Charles pratique depuis 1958 et enseigne depuis 1969 (USA  Philadelphia Institute – Taekwondo) et 1974 les Arts dits martiaux et arts énergétiques chinois. Il est probablement le pionnier européen dans ce domaine. Il est le fondateur des Arts Classiques du Tao qui regroupe plus de soixante associations et une centaine d’enseignants. Il fut le disciple direct du Maître Wang Zemin dans la lignée prestigieuse des Maîtres Wang Xiangzhai, Guo Yunshen, Li Laoneng et est considéré en Chine comme leur successeur en titre. Ce fait est gravé dans une stèle de marbre du Mémorial du Xingyiquan à Shenzhou dans le Hebei. Cette succession de Maître à Disciple remonte, en réalité, sans discontinuer à Yue Fei (1103 1142) qui fut l’initiateur originel du Xingyiquan et fondateur de l’Ecole Liuhe Yiquan.

QIGONG DU TAO (Tao-Yin Qigong) du Ling Pao Ming
(Gymnastique Énergétique de la Clarté du Joyau Ecarlate)

Préparations énergétiques
Kai Men Shi – « Ouvrir les Portes de le Pratique »
Yi Yin Fa – « Forme préparatoire » Les trois niveaux : le Ciel ; la Terre ; l’Etre Humain.

Forme classique du Tao-Yin Fa (Daoyin Fa ou Do In Jutsu ) du Ling Pao Ming
Forme assise « Zuo » et formes saisonnières.
Fusion alchimique du Tigre et du Dragon pour obtention de la Clarté du Joyau Ecarlate

Méditation taoïste : Petite Révolution Céleste et Méditation du Calendrier de Jade
Les Hexagrammes essentiels du Yijing (Yi King) en rapport avec la Méditation Taoïste.

XINGYIQUAN de l’école San Yiquan
(Poing de l’Unité du Corps et de l’Intention)

Poing des Cinq Eléments Wuxing Quan suivant la transmission de Guo Yunshen.
Travail de synthèse dans les applications avec partenaires (Touei Shou et San Shou)
L’Art Secret du Général YUE FEI (bâton long ou Yue Fei Gulianjiang)

TAO-YIN FENG SHUI (Géobiologie du Tao)

Initiation dans un cadre idéal et grandeur nature Travaux de purification par le Rituel du Ling Pao Ming QIGONG DU TAO DES ARBRES (DING SHU TAO-YIN FA) (pratique énergétique avec les arbres) La pratique du Qigong du Tao (Tao-Yin Qigong) du Ling Pao inclut la notion d’échange énergétique avec les arbres et la nature (rochers, sources, nuages, lune…) au travers de postures et de mouvements.

Se soigner par les arbres mais également soigner les arbres est une partie importante du Qigong classique. C’est également le passage, la « clé » pour la confection de « charmes » (Fu Lu) utilisés dans le cadre du Feng Shui. Dans la tradition du Feng Shui il existe plusieurs écoles (Ecole des Formes (Xing Huo Bai) , Ecole des Etoiles volantes (Xuan Gong Fei Xing), Ecole de la boussole Loban (Loban Pai), Ecole des Huit Maisons (Ba Zhai)…) mais l’une des plus secrètes demeure encore l’Ecole des Charmes (Fu Lu Pai) qui est d’obédience taoïste et qui se relie directement au Ling Pao Ming.

En complément initiation à la mycologie

KUNG-FU WUSHU ou GONGFU WUSHU (stage Perfectionnement uniquement)

Formes Classiques de l’Art du Poing de L’Externe (Wai Jia)

Hung Gar (Poing de la Famille Hung – Shaolin du Sud)
– Les Cinq Poings du Dragon et les Sceaux Impériaux
– Tao du Tigre et de la Grue

Tang Lang (Mante Religieuse des Sept Etoiles du Nord)
– Tao du Premier Poing et du Pied qui frappe
– Trois Formes de Bâton Long qui rebondit, vole, intercepte.
– Tao d’Epée des Sept Etoiles de la Famille Wang de Yue
– Tao de l’Eventail de Fer (Jie Shan) de la Famille Wang de Yue

 

Wing Chun* (Poing du Printemps Radieux)
– Tao de la Petite Compréhension
– Chi Sao (Touei Shou ou Tuishou) et forme avancée du « Poing Etoile » (Xing Quan)

* Le Maître Yip Man (ou Ip Man), récemment popularisé par plusieurs films grand public eut comme derniers disciples, entre 1965 et 1970, une femme nommée Ng Yuet Tor et un certain Wong Tse Ming qui n’est autre que le Professeur de Georges Charles entre 1970 et 1979 ! Wong Tse Ming est la transcription à Hong Kong de Wang Zemin (Pinyin) et de Wang Tse Ming (EFEO) (ou Wang Tsö Ming).
Wang Zemin, passionné, aura donc été l’un des derniers, sinon le dernier, disciples de Wang Xiangzhai(1885 1963) et de Yip Man (1893 1972), deux des Grands Maîtres les plus reconnus de Chine.
Ce fait est officiellement inscrit dans l’historique de l’Ecole de Yip Man (Hong Kong aged 72 79 – 3eme alinéa)
« New students in this period included Wong Tse Ming… »
www.worldwingchununion.org/14/history

Techniques d’applications de toutes ces formes
Etude énergétique des fondements de l’Externe (Waijia)
ou comment décrypter les formes et les mouvements suivant le principe des « Cinq Eléments ». Pour une autre compréhension de l’Art du Poing et des « arts martiaux » ou Arts Chevaleresques.

Art souple des Saisies – Chin Na Shou
l’ancêtre historique chinois du Jujutsu japonais et ses principes fondamentaux.
Les origines profondes de l’Aïkido*.

Ete12_Plc9

* Dans « L’esprit de l’Aïkido – Le véritable sens de la pratique » Kisshomaru Ueshiba, le fils du Fondateur (Budo Editions de l’Eveil) explique, à qui veut bien le lire et surtout le comprendre, « Les deux années les plus importantes pour mon père et la formation de l’Aïkido sont les années 1924 1925″. Or on apprend que le Maître Morihei Ueshiba se trouvait alors en Chine, plus particulièrement en Mandchourie et en Mongolie. Le fils du Maître Fondateur ajoute encore  » La notoriété du Maître Ueshiba continua à grandir à travers le pays. Le tournant se produisit, comme nous l’avons déjà souligné, après l’expédition de Mongolie Intérieure, en 1924-1925…Nous pouvons dire que les années 1924-1925 ont marqué le début de l’évolution spirituelle de l’Aïkido… »(page 117). Ce qui est pour le moins explicite venant de son propre fils ! Il est vrai que le Maître Morihei Ueshiba, en Chine, se faisait appeler Wang Shou Kao (Wang Shoujiao) et que l’on retrouve ce nom dans plusieurs généalogies d’écoles, particulièrement de Baguazhang (Pa Koua Tchang) « Paume des Huit Trigrammes ».
No comment…

 

Ete12_PLC10Non, ce n’est pas Karl Lagerfeld !

 

 

 

Stage « Off »

Thierry Borderie pendant la semaine de perfectionnement du stage de Paulhac vous proposera en fin d’après-midi ou en soirée, donc après les cours dirigés de Georges Charles, des ateliers libres de pratique et de compréhension des formes de Hung Gar du « Sceau Impérial ».

Ces « formes » dites « Wang Yu Xi », littéralement « Sceaux de Jade Impérial » représentent l’un des fondements de cette école importante issue du Shaolin du Sud (Nan Shaolin Shi), traditionnellement issue des « Cinq Branches » qui se sont formées après la destruction par les troupes Mandchoues (Qing) du Monastère Julianshan Shaolin Shi situé dans le Fujian (Fukien). Ces Cinq Branches ou Ecoles sont Hung, Lau, Choi, Lei, Mok du nom de clan (famille – Jia ou Gar -) de leurs fondateurs qui, suivant la tradition populaire, sont les cinq moines ayant échappé au massacre puisque Shaolin était censé vouloir rétablir la Dynastie Impériale Ming au pouvoir. « Fan Ming, Fu xing » (rétablir les Ming, chasser les Qing (Tsing) » était alors le mot de passe des conjurés et il s’accompagnait d’un salut Ming (poing droit dans la main gauche) et d’un salut Qing (poing gauche dans la main droite). Ces saluts Ming (Clarté) et Qing (Pureté) sont demeurés au sein de l’Ecole San Yiquan  et naissent, par ailleurs, des « Sceaux Impériaux » auxquels ils apportent une compréhension ésotérique dans une pratique exotérique. Ces « Sceaux Impériaux » permettent de pénètrer la compréhension historique; énergétique et spirituelle du Hung Gar et sont donc une partie importante, puisqu’initiatique, de San Yiquan.

C’est ainsi que l’avait voulu Wang Zemin lorsqu’il les transmit à Georges Charles. Celui-ci a également pratiqué le Hung Gar sous la direction du Maître Chan Hon Chung ainsi que sous la direction de l’Ancien Patriarche du Hung Gar à savoir Yuen Yik Kai. Ce dernier lui légua également la pratique des « Cinq Poings Dragon » (Wu Lung Chuan) qui sont une extension très naturelle des « Cinq Sceaux ». Avec Thierry Borderie vous pourrez donc en retrouver l’essence originelle ainsi que quelques digressions et pénètrer au sein de l’Art du Poing dans ce qu’il a de plus originel et original.
Georges Charles

Digrexplo autour des 5 sceaux impériaux.
Digrexplo comme digression et exploration.

Digression:

Une digression (du latin digressio, du verbe digredi signifiant « action de s’éloigner »2 ; en grec : « παρεκβάσις (parekbásis) ») est une figure de style qui consiste en un changement temporaire de sujet dans le cours d’un récit, et plus généralement d’un discours, pour évoquer une action parallèle ou pour faire intervenir le narrateur ou l’auteur (c’est l’épiphrase pour le roman, ou la parabase pour le genre théâtral). Quoique le rhéteur Hermagoras de Temnos fasse de la digression une véritable partie du discours, elle est considérée comme un ornement inutile par la rhétorique antique et critiquée par Cicéron3. La digression est cependant une technique narrative éprouvée. Elle permet de dilater le récit, de ménager des pauses, de divertir ou d’ironiser, ou, enfin, d’insérer un commentaire de l’auteur. La digression, qui se distingue de la parenthèse, constitue en effet une pause dans la narration, soit à une fin ludique (sans relation au fait principal raconté) soit à une fin explicative lorsque le narrateur veut éclairer un point de l’histoire, soit enfin dans un objectif métadiscursif, c’est-à-dire de réflexion sur le discours lui-même. Si elle peut être rapide et ne constituer qu’un moment sans enjeu, elle est cependant très utilisée pour interroger le lecteur. En ce sens, elle peut être un ressort des stratégies discursives de l’auteur.

Exploration :

Action d’explorer une contrée, un lieu, de les parcourir en les étudiant ; découverte : Exploration des mers polaires.
Examen attentif et méthodique d’un lieu, d’un organe, etc. : Exploration d’un terrain.
Examen approfondi d’une question : Exploration d’un sujet.
Éthologie : Déplacement sans but apparent dans une zone connue ou non de l’environnement.
Militaire : Synonyme ancien de découverte.
Mines : Synonyme rare de prospection.

Digresser et explorer, s’éloigner et/ou découvrir. Les 5 sceaux impériaux , se prêtent merveilleusement à digression et à explorations multiples et variées. Ils génèrent de nombreux détours incontournables qui sont autant de raccourcis étranges à leur compréhension. Bien entendu puisque cette forme est d’une grande sobriété en apparence tout en cachant des abîmes de sens (directions et explications). On pourrait dire qu’elle est simple sans être facile. Si le folklore de surface s’agite en reflets multiples stériles, les formes classiques profondes déploient des trésors et des foisonnements de vie à partir d’éléments sobres et peu nombreux. Je vous convie donc à déplier et à ouvrir quelques uns de ces chemins de traverse. Ils nous amènerons à de nouvelles chimères se chevauchant seul ou à plusieurs, tant il est vrai que la pratique en solo répond à l’exercice avec partenaire qui, à son tour nourrit les promenades solitaires ..en un cercle vertueux

Pratiques du soir, dans le « off » après le « on » aux horaires que nous définirons ensemble.
Thierry Borderie – « Wan Dao »

Enregistrer