Le Qi Gong de la Lumière

 

Revue de presse

Trouver sa lumineuse voie grâce à un art ancestral

Couv_Qi-gong-lumiere_HD-(1)L’art chinois plusieurs fois millénaire qu’est le Qi Gong n’a pas livré tous ses secrets. Il est présenté, dans cet ouvrage unique, à travers le prisme de la lumière. Des techniques de luminothérapie sont présentées dans cet ouvrage pour pallier au déficit de luminosité qui engendre la dépression saisonnière et nous nourrir de l’énergie nous faisant défaut..

Au début, comme le Yang, cette lumière est d’une clarté évidente, presque aveuglante. Mais au cours des années, elle se transforme en quelque chose de scintillant car elle s’anime d’un mouvement. Puis, plus tard, dans le clair-obscur de la pratique intérieure, apparaît peu à peu quelque chose de beaucoup plus discret et d’indéfini qui, justement, provient de l’obscurité… du Yin. Et comme des étoiles qui animent le cosmos, on perçoit « autre chose encore » jusqu’à ce que le ciel nocturne en soit doucement illuminé. On y reconnaît alors des figures ancestrales et millénaires qui ont traversé le temps et l’espace pour nous porter un message. Ce message nous est transmis par celles et ceux qui « pratiquent la Voie », tel l’auteur de ce livre.

 

L’auteur.

cinnabar (vermilion)

cinnabar (vermilion) : Dan ou Tan

 

Georges Charles est un praticien du Tao. Il pratique depuis 1958 et transmet son enseignement depuis plus de quarante ans.

Il est reconnu, en Chine, comme le successeur en titre d’une lignée remontant au XIIe siècle. Ce fait est attesté sur la stèle franco-chinoise érigée au Mémorial du Xingyiquan à Shenzhou dans le Hebei. Au long de son parcours il a étudié avec des personnages hors du commun comme Henry Plée qui fit connaître le Karatedo en Occident et dont il fut l’élève au tout début des années soixante.

Mais également Jean Daniel Cauhépé, fondateur de l’Aïkido Sumikiri, qui fut son Sempaï  et qui lui fit rencontrer André Nocquet. Dominique Balta, à son tour, lui fit rencontrer Masamichi Noro. Lors d’un séjour aux USA, en 1969, il découvrit les arts du poing chinois et fut initié aux pratiques ésotériques chinoises par Huang Ren Yu, alias Ray Wong (1918 2000) qui avait titre de « Maître Céleste » (Shen Tian Shi) et qui n’était autre que l’un des assistants reconnus de Joseph Needham de l’Université de Cambridge.

Ce dernier le recommanda à un ami, également initié taoïste, qui résidait à Paris sous le nom de Tai Ming Wong mais qui était en réalité Wang Zemin (Wong Tse Ming à Hong Kong) (1909 2002) qui fut le dernier disciple de deux Maîtres chinois réputés : Wang Xiangzhai (Yiquan Dachengquan) (1885 1963) et Yip Man (Wing Chun) (1893 1972).

Lorsqu’il retourna en Chine prendre sa retraite, en 1979, il légua la succession de son école à Georges Charles. Lors de ses séjours à Taiwan et à Hong Kong Georges Charles rencontra également Yuen Yik Kai et Chan Hon Chung, Patriarche du Hung Gar (Ecole du Shaolin du Sud), Tang Sang le « senior student » de Yip Man, Leung Ting, l’un des disciples de ce dernier. Tong Mu Liao, Liao Wu Chang, Lee Ying Argn…Sans oublier quelques êtres remarquables comme Wan Zijie du Meihuazhuang ; le Père Claude Larre S.J. de l’Institut Ricci ; Gabriel et André Faubert, acupuncteurs…

Georges Charles est le fondateur des Arts Classiques du Tao.

L’ouvrage :

Il regroupe les principaux textes concernant la lumière et issus des grands classiques chinois : Daodejing (Tao Te King) ; Yijing (Yi King ou I Ching) ; textes confucéens (Confucius ou Kong Zi)… Il permet, grâce à des exercices et à des méditations de prendre contact avec la lumière pour l’intérioriser afin de l’utiliser, notamment pour des travaux d’Alchimie Interne (Neidangong) qui permettent une toute autre vision, ceci dans la tendance initiée par Wang Yangming (1472 1529), ancêtre de Wang Zemin (1909 2002) dans son Ecole Philosophique de la « Pureté du Coeur » (Xin Xue). Wang Yangming, philosophe et homme d’action, est l’un des quatre personnages illustres de la Chine qui eut l’honneur d’avoir sa statue dans le Temple de Confucius.

Plus prosaïquement les travaux internes sur la lumière permettent de retrouver le calme intérieur qui souvent nous fait défaut en ces périodes où le superficiel et la gesticulation sont de mise.

Au sommaire :

  1. Digression sur la lumière
  2. Le salut rituel
  3. Lumière et obscurité
  4. La luminothérapie
  5. Chromothérapie et phosphénisme
  6. Méditation sur les Trois Clartés
  7. Méditation du Calendrier de Jade

G.C.

Photo Mathieu Barré

Qigong de la lumière de Georges Charles à L’Ile de Ré

Retrouvez le dans la liste des livres de la bibliothèque :